L’Afrique, le futur paradis du voyage sac-à-dos

Il a quelques mois, j’ai eu le plaisir de travailler avec Jennifer du blog «Moi, mes souliers» à l’adresse suivante : http://www.moimessouliers.org

Je vous invite à visiter son blog, afin de me lire sur les 5 plus grands mythes du voyage sac-à-dos en Afrique et pourquoi ce continent sera probablement bientôt, le futur paradis de ce type de voyage.  A bientôt!

C’est par ici : http://www.moimessouliers.org/lafrique-le-futur-paradis-du-voyage-sac-a-dos/

Voyager en sac à dos en Afrique

 

32 -Pêche traditionnelle au Malawi

Après ma dernière péripétie à la frontière du Malawi, je peux enfin me reposer près du magnifique lac du même nom!  Le lac Malawi est immense, et bien qu’il ne représente pas la mer, il peut toutefois aisément en avoir l’air.  Présent de long en large du pays, il représente un endroit de repos de choix durant toute la traversée de cet État!  Le Malawi s’annonce être un pays particulièrement magnifique, grâce à lui.

IMGP1030

J’ai bien vite remarqué, qu’ici, il y a très peu de voitures, et de véhicules motorisés en général.  C’est bien différents du reste des États africains que j’ai traversé, où les transports en commun locaux sont réguliers et abondants, puisque la population elle-même doit se déplacer de manière efficace.  Ici, au Malawi, il existe une plus petite population, les matatus sont donc moins présents.  J’ai donc dû prendre un vélo-taxi pour me rendre jusqu’à ma destination!  J’avais bien peur d’être trop lourde pour l’homme qui me transportait!  Et c’est ce qui est arrivé 🙂  A la première montée, mon chauffeur , le visage mouillé de grosses gouttes de sueurs m’a dit qu’il préférait me remettre mon argent plutôt que de continuer son chemin.  Ouf, un petit coup pour l’orgueil!

IMGP1116

Arrivée à destination, j’ai pu partager la plage avec quelques vaches..

IMGP1038

et quelques pêcheurs bien musclés!  Je les observais de loin tirer leurs filets géants à partir du rivage, jusqu’à ce qu’ils me demandent de prendre une photo avec moi. En riant, j’ai dit oui, mais je ne me doutais pas qu’il allait en profiter pour -tous- me pincer les fesses!  J’imagine que c’est pour cette raison qu’ils ont l’air si heureux sur la photo!

IMGP1021

http://pleinairvoyagesetcompagnie.com/wp-content/uploads/2015/12/IMGP1023.mov

Dans tous les cas, après cette aventure, je ne suis pas prêt d’oublier la façon dont s’exerce la pêche traditionnelle au Malawi!

Et vous, êtes-vous fan de pêche en voyage?  J’avoue que chaque fois que j’ai l’occasion d’en faire, je saute sur l’occasion!  Et vous?

 

31 – Entre la Tanzanie et le Malawi

-Andréanne?  Andréanne!

Et voilà, bam, je gis sur le sol, entre la Tanzanie et le Malawi. Évanouie.  Mon passeport tombe de mes mains et je me frappe la tête contre le comptoir, heureusement mon sac-à-dos a pu amortir ma chute.  Qu’est-ce qui arrive?  Mes mains sont moites, je me sens faible.  Ça fait trois jours que j’essaie de me rendre à frontière du Malawi, mais chaque fois, je suis trop malade pour continuer à faire le trajet d’autobus.

IMGP0984

Le douanier ne comprend pas trop.  Il envoie un homme me relever.  Il s’en fou.  Le visage en bouilli, il prend ma photo et mes empreintes digitales.  C’est parti, je viens de m’évanouir devant le douanier, mais qu’importe si j’ai un virulent parasite, on me laisser passer!  Au suivant!

IMGP1001

Fatiguée, mon passeport étampé, je décide de retourner en Tanzanie, idée de m’acheter un jus, car je ne peux plus avancer.  Un peu plus tard, incognito, je retraverse la frontière sans passer par les douanes sans que personne ne m’interpelle.  Mon esprit est dans la brume, mais je ris quand même : voici un poste douanier bien efficace 🙂

IMGP1003

Quelle entrée triomphante au Malawi!  C’est que j’ai bu de l’eau contaminée sur l’Île de la Mafia, et mon antibiotique universel peine à faire effet…  heureusement, je me remettrai rapidement suite à ce passage de frontière cocasse!

C’est partie pour une nouvelle aventure!

Et vous, l’eau bue en voyage vous a-t-elle déjà rendu malade?

 

 

30 – Le monde sous l’eau

Oh, c’est à l’Ile de la Mafia que j’ai eu ma première expérience d’apnée!  Wow, et quelle excusion!

Franchement, la faune et la flore aquatique est incroyable ici!  Nager dans tant de couleurs, de coraux et de poissons, c’est absolument fascinant.

IMGP0897

Des coraux fascinants et des poissons de toutes les couleurs!

Bref, une journée fantastique!  Pourtant, je crois que ce que j’ai préféré, c’est aller visiter une toute petite île avec des maisons en terre battue et des toits en paille, entourées de grands baobabs.  Au milieu de ce petit village tranquille, je ne m’attendais pas du tout à entendre crier des hommes écoutant le soccer sur une télévision plasma! Une passion mondiale, jusqu’au bout de la terre, et surtout jusque sur une petite île dans l’océan indien !

Et vous, où avez-vous réalisé votre plus belle expérience de snorkeling?

 

 

29 – La plage secrète

http://pleinairvoyagesetcompagnie.com/wp-content/uploads/2015/12/IMGP0880.mov

Comment je me suis retrouvée captive dans une mangrove avec une moto, l’eau montant jusqu’à mes chevilles?

J’avais entendu parler d’une plage secrète.  Pas de route pour s’y rendre, il fallait traverser la mangrove.  Et hop, il ne m’en fallait pas plus pour y aller.

Ma moto tangue à travers l’île de la Mafia.  C’est que le sable est partout et il est mou.  La moto verse souvent.  Vram, vram, le moteur force… et je m’accroche!  Ah oui, c’est vrai, les amortisseurs de mon transport sont finis 🙂

Puis, enfin la mangrove!  C’est la première fois que je traverse cet environnement, touffu, humide, rempli de racines et de crabes rouges comme le sang.  C’est magnifique, unique.

IMGP0881

Et la moto capote dans toutes ces racines, elle va dans tous les sens. Et moi je ris, parce que franchement, qui ferait de la moto ici?

J’arrive à la plage et c’est carrément au dessus de mes attentes!  C’est fou d’être seule ici, au milieu de tant de beauté!  Le bord de l’eau est infini, le sable extrêmement fin.

IMGP0869

IMGP0888

Mais ce moment de pur bonheur se termine rapidement ; le soleil commence à se coucher et je dois retraverser la mangrove.  Le hic, c’est que parmi toute cette végétation, je ne retrouve plus mon chemin.  Les sentiers que j’ai empruntés pour venir se remplissent peu à peu d’eau.  Tout se ressemble.   Au bout de 1h30, je me rends compte que je suis perdue.  L’eau est toujours plus haute et la moto peine maintenant à traverser les racines et le flot continu de la mer.  Je suis assoiffée et j’ai oublié d’apporter de l’eau…

IMGP0882

Heureusement, par un pur hasard, quelqu’un arrive à notre rencontre, il a entendu au loin le son de la moto.  Il m’indique le chemin le plus rapide pour sortir.  Ouf, le pire est évité. Sauf que j’ai affreusement soif.  Il y a bien longtemps que j’ai terminé mes réserves d’eau maintenant.  Au loin, je vois un puits et je fais ce qu’aucune voyageuse ne devrait faire.  Je bois l’eau sans la traiter… ce qui aura de lourdes conséquences.

Et vous, quelle est la plus belle plage que vous ayez visité?

 

 

28 – Quand vomir fait réfléchir

On dit en Tanzanie, que Zanzibar, c’est LA place.  Tu veux te faire bronzer la marboulette, boire un délicieux mojito, rencontrer d’autres touristes sur le party : Zanzibar, est tout indiqué!  De mon côté, j’avais d’autres projets en tête, et peu moins d’argent à dépenser 🙂

Aller, je repars.  C’est le moment où je saute dans un matatu (bus local), les genoux pliés sur ma poitrine, le poulet me picorant les mollets, et c’est parti quelques heures de transport : je vais à l’Île de la Mafia (Mafia Island).

Très peu de gens de rendent à l’Île de la Mafia, ou s’il y vont, c’est en avion privé.  C’est que le chemin pour s’y rendre n’est pas de tout repos.  Arrivée au village où je dois prendre le bateau, je dois chercher un endroit où dormir, car il n’y a pas d’auberge.  Les gens sont bien étonnés de me voir arriver!  Heureusement, plusieurs personnes m’aident et une mission catholique accepte que je dorme dans leurs locaux.

IMGP0858

Le lendemain matin, c’est le grand départ et mon bateau m’attend. Les passagers s’entassent rapidement sur le plancher ; notre transport est définitivement plein!

Dès le départ, j’ai mal au coeur. Les vagues sont hautes et…Ouuuuuu, j’ai vraiment mal au coeur, ouuuuu, une chance que je suis assise sur le bord, ouuuu. En quelques minutes, le corps à moité par dessus bord, je vomis tout ce que j’ai.  Autour de moi, je n’entends que des rires!  Les gens rient de bon coeur…

-Mais qu’est-ce qu’une étrangère fait ici!  Elle devrait être dans l’avion comme les autres!  Elle a l’argent après tout! Elle n’est pas fait pour les bâteaux que les locaux prennent.

J’ai l’estomac en bouillie, mais je réfléchi en même temps.  A force de prendre des transports différents des gens locaux, les touristes passent pour des faibles ne pouvant tolérer les conditions de vie habituelles des gens d’ici. Comme il y a un réseau de transport entièrement parallèle à ce qui est déjà en place, et beaucoup plus dispendieux, cela donne sans aucun doute l’image que les étrangers sont très riches.  Loin de moi l’idée de revendiquer que tous devrait prendre un bateau comme je l’ai fait pour aller à l’Île de Mafia!  Pourtant, cela me fait penser à la manière dont le tourisme se déroule, ici en Afrique de l’Est, et comment les populations locales perçoivent cette activité.  Il y a très peu de voyageurs sac-à-dos et beaucoup de tours opérateurs de luxe.  Des milliers de dollars sont dépensés à la semaine dans le cadre de type de tourisme, toutefois les populations locales ne pas impliquées dans ces activités, et regardent de loin et avec envies les sommes dépensées..

IMGP0861

Trève de bavardage, après quelques heures sur l’Océan Indien, je suis arrivée sur l’Île de la Mafia!  Quel voyage et le débarquement s’annonce.. bien drôle!  J’embarque sur un plus petit bateau pour rejoindre la plage.  Des hommes me proposent de me transporter sur leurs épaules pour que je ne mouille pas mes vêtements, moi l’étrangère.  Je ris et le sac-à-dos au bout de mes bras, je saute dans l’eau.  Voilà, je suis aussi trempée qu’eux!

Les deux pieds sur la terre ferme, je regarde le large, et ce gigantesque pont.  Probablement construit pour un grand projet de développement économique, les gens locaux ne peuvent pas l’utiliser, car leurs bateaux sont trop petits pour ce pont leur soit utile.

IMGP0871

L’île de la Mafia est un vrai bijoux sur la terre.  Des plages immaculées, des palmiers gigantesques, et des résidents extrêmement sympathiques et avenants.

Aujourd’hui, je me suis fait croqué les mollets par des poulets, j’ai vomi dans l’océan indien et je ne boirai pas de mojito…  mais les deux pieds dans le sable brûlant, j’aurai compris des choses.

Et vous qu’auriez-vous choisi, Zanzibar ou l’Île de la Mafia?

IMGP0863

27 – Poisson géant et poulet Tandoori

J’adore les marchés de fruits et de légumes, mais les marchés de viande et de poissons ont un côté brut et graphique qui rend leur traversée complètement incroyable.

À commencer par l’odeur.  🙂

IMGP0848

A Dar Es Salam, le marché au poisson est immense et rempli de milles et une variété de poissons colorés, grands ou petits.  Ils semblent nous regarder droit dans les yeux!

IMGP0841

Ici, magasiner est un jeu et marchander est de mise!  Les marchands étendent la récolte des pêcheurs sur une grande table et c’est au plus fort la poche!  On parle fort, on rit, on jase…  Près des plateformes gluantes, des balances et des bateaux accostés, on crée des liens au marché de poisson.  C’est le poisson le plus qu’on peut trouver.

Acheter directement au marché est l’idéal, la même prise au restaurant coûtera 3 ou 4 fois le prix!

IMGP0844

Un peu de poulpe?  C’est la spécialité ici.  Dans de gigantesque woks, les Tanzaniens, le font bouillir à grand feu, puis y ajoute une sauce carrément intensément piquante.  C’est un vrai spectacle de voir la préparation de ce mets qui traverse la ville.  Une fois cuit des vendeurs sillonnent les rues pour offrir le poulpe à tous!  Plus le poulpe est acheté proche du marché, plus il est encore chaud!

IMGP0854

Bref, l’expérience d’aller se «dealer» un poisson fait définitivement partie des incontournables de Dar Es Salem, une ville incroyablement intéressante, pour la variété des traditions culinaires qui y sont présentes.  Quoi de mieux après un bon poison grillé, qu’un poulet Tandoori servi dans la rue!  Dar Es Salam compte une importante communauté indienne et ce soir, j’apprécie d’avoir pu goûter à deux cultures dans la même ville!  Mon ventre est plein et rond!

IMGP0856

Et vous, avez-vous déjà été marchander un poisson au marché?  Quelle a été votre expérience?