10 – Autour de la chauffrette

Monte, descend, monte, descend, monte, descend.  Le treks de l’Annapurna est composé de milliers et de milliers de marches qui montent à l’infini, puis redescendent toujours plus bas, et plus un tout petit peu plus haut… finalement.  Je le sais, je les ai comptées!  Mes pieds sont remplis d’ampoules et je suis épuisée, mais en focusant sur le nombre de marches, j’avance un peu plus!

IMG_5698

Le paysage est à couper le souffle.

Le soir, je me change directement en arrivant.  J’enlève rapidement mon linge mouillé par la sueur, puis ensuite j’enfile directement mon ensemble du lendemain.  Il n’y a pas de chauffage dans les chambres des refuges et le matin je suis trop gelée pour même penser à enlever une couche de vêtements.  Après quelques jours, je n’ai toujours pris ma douche.  J’hésite encore entre ma propreté et l’eau littéralement glaciale!  Il faut dire que les douches sont rudimentaires.  Bon, je suis habituée à l’habituelle plaque de céramique au sol qui sert de douche, de toilette, de tout en fait.  Mais cette fois-ci, avec le froid, les besoins des gens sont plutôt gelés et collés au sol, donc bizarrement, c’est extrêmement glissant, alors bon, je vais attendre avant de prendre ma douche. 😉

Il y a aussi eu cet endroit ou la toilette n’était un long tunnel à découvert creusé au sol…  Dans cette grande pièce, j’ai cherché les cloisons, la porte à fermer… mais rien.  C’était plutôt..  ouvert comme situation!  J’étais un peu étonnée, mais je n’étais pas la seule apparemment…  d’autres locales étaient aussi bien surprises de me voir aller!  Au milieu des chuchotements et des rires à mon endroit, je pouvais heureusement admirer la vue sans pareille de la toilette.. ah, c’est beau l’Himalaya!

IMG_5631

Heureusement, le soir, sous de grandes tables centrales, des petites chauffrettes sont installées partout.  Alors, on a beau avoir un peu froid, on fait le tour du monde toute la soirée.  Entourée d’autres trekkeurs, c’est la grande conversation : Italiens, Coréens, Israeliens, on passe les soirées à discuter autour de nos gourdes en mangeant du riz, et c’est la belle vie!

 

 

9 – Dans le ventre de l’Himalaya

L’Annapurna, c’est un des géants de l’Himalaya.  Un colosse de plusieurs sommets allant jusqu’à plus de 8 000 d’altitude.

IMG_5658

Le permis de trekking obtenu à Katmandou en main, j’arrive à Pokhara, une ville bercée par le vent frais des montagnes.  Après les rues remplies et vivantes de la capitale, je suis vraiment heureuse d’y être arrivée.

IMG_5626

 

Dès mon arrivée, je prépare pour cette randonnée quelques jours, car je pars le lendemain matin.  J’ai un sac-à-dos de 60 litres, une bonne paires de souliers de marche et quelques sous-vêtements.  Comme je vais porter mes bagages, j’essaie de faire dans le léger 😉  Apparemment, ce n’était pas la technique adoptée par mes collègues Coréens qui, équipés de la tête aux pieds de vêtements synthétiques, partagent le chemin de randonnée avec moi!  Ils ont de petits sacs-à-dos bien sûr, mais également… plusieurs géants sacs ressemblant à des poches de hockeys!!  Je plains les porteurs qu’ils ont payés!!!!  Heureusement, le soir venu, complètement gelée parce qu’il n’y avait pas de chauffage dans les petites habitations fournies aux randonneurs, j’ai eu de la chance de goûter à de la pieuvre séchée  gracieusement offerte par ces derniers!  Je pense que c’était la dernière chose que j’avais pu penser manger ici 😉  Je comprends maintenant pourquoi leurs poches étaient si lourdes, ils ont apporté tout leurs repas!

IMG_5699

En fait, la nourriture sera plus chère à mesure que j’avancerais dans ce trek.  Tout étant porté à bras, plus j’étais loin, plus le prix du repas était élevé.  C’est normal.

Le lendemain, je quitte mes amis Coréens et reprends la route.  Je traverse plusieurs villages et la vue est absolument magnifique.  Je gravis la montagne, monte et monte encore des centaines de marches, arrivée au sommet je jubile, pour ensuite me rendre compte que je dois tout redescendre!  Le trek de l’Annapurna est tellement particulier sur ce point, souvent, si l’on regarde directement devant soi, on dirait qu’on pourrait atteindre le prochain sommet à vol d’oiseau en 5 min de marche, mais il faut monter et redescendre chacune des falaises de montagne qui forme une longue chaîne.  Heureusement que c’est magnifique, car c’est aussi interminable 😉

8 – Pashupatinath et ses morts

Je n’ai jamais été à Varanasi en Inde, cet endroit sacré où les personnes pratiquant l’hindouisme brûlent leurs morts.  Lorsque j’ai voyagé au Népal, j’ai appris qu’il existait un endroit similaire et je me suis vraiment demandée si j’allais y mettre les pieds.  En effet, en Chine, j’avais alors choisi de ne pas assister aux enterrement célestes issus de la culture bouddhiste tibétain : 16 – Les enterrements du ciel et de la terre.

Ici, j’ai eu un sentiment différent, que c’était un peu plus ouvert aux étrangers, comme tous pouvaient aller librement jusqu’à ce lieu.  Je ne sais pas si j’ai eu raison d’y aller, mais j’ai été vraiment touchée d’observer une vision tout à fait différente de ce que je connais de la mort.

 

IMG_5752

D’abord, comme dans plusieurs lieux hindous, plusieurs vaches erraient dans l’espace, comme cet animal est sacré selon cette religion.  Plusieurs sadhus y étaient également ; ces hommes choisissant de dédier entièrement leur existence à leur religion et la méditation.  En faisant ce choix, ceux-ci doivent d’ailleurs sacrifier un élément qui, à leur yeux, est vital.  J’ai donc observé plusieurs hommes fixer intensément le soleil, afin de perdre la vue et un autre le bras en l’air, incapable de le redescendre ; l’articulation s’était fixée au fil du temps et l’usage de ce bras était donc maintenant impossible.

IMG_5750

L’architecture était de toute évidence magnifique, comme ce couloir rempli de statues symbolisant les organes sexuels féminins et masculins.  Et les cérémonies traditionnelles d’offrandes étaient une fois de plus au rendez-vous.

IMG_5748

Quelques minutes après mon arrivée se préparaient déjà le premier «enterrement».  Le corps avaient déjà été lavé avec du lait et était maintenant enveloppé et déposé sur le bûcher.  Suite aux offrandes, le feu s’embrase et le corps brûle.  Peu à peu la famille se retire pour ensuite laisser cours au brasier.  Les cendres sont ensuite remises à la rivière.

IMG_5745

Assister à cette cérémonie dont le fonctionnement est si différent de ce que j’ai connu permet vraiment de réfléchir au sens de la mort pour cette société.  Ici, l’objectif de la crémation est de libérer l’âme du corps qui se réincarnera éventuellement.  C’est beaucoup plus visuel que chez nous et presque plus symbolique, puisque tout à un sens, le drap jaune, la rivière.  La mort n’est que la fin d’un cycle et le début d’un autre.

IMG_5641

 

7 – Au milieu des temples

Swayambhunath, le temple des singes.  Un des endroits mythique de Katmandou, mais certainement pas le seul!  Cette ville respire les lieux mythiques.

IMG_5740

Entre singes et stupas, des femmes vendent quelques des offrandes ou des fleurs.  D’autres familles allument des chandelles et prient.  Et les singes sont partout.

IMG_5744

Un peu plus loin à Katmandou, entre les nombreux petits magazins, garages, stands, il est possible de se glisser dans des cours intérieures un peu cachées, un peu ouvertes dont le coeur est rempli de stupas, un élément important du Bouddhisme, puisqu’elles représentant en quelque sorte Bouddha.  C’est fascinant de voir ces bâtiments orangés aux galleries faîtes de bois, qu’on dirait prêtes à craquer à tout moment.

 

J’ai d’ailleurs eu la chance d’aller au Népal avant le tremblement terre ayant eu lieu en 2015.  J’ai donc pu observer le Durbar Square avant qu’il ne soit détuit lors de cet évènement.  Je garde donc précieusement ces images.

11

C’est absolument incroyable d’observer cet ancien palai royal.

IMG_5759IMG_5757

Et Katmandou a ce côté aussi tellement moderne.  Il y a tous ces temples, biensûr, mais Katmandou c’est une foule de petits restos, marchés, rickshaw, vélos.  Je suis prête à m’engouffrer une fois de plus à travers ces interminables ruelles.

 

 

6 – Thamel en taxi

J’embarque dans le taxi, je viens de mettre les pieds au Népal.  Je me rends rapidement compte que je ne peux pas vraiment faire confiance à l’homme qui conduit.  Voilà, il fait déjà noir et je suis avec un homme louche.  J’ai une vague idée de l’endroit où se trouve mon hôtel ; à Thamel, on dit que c’est plus grand quartier de backpackers au monde, j’ai vraiment voir à quoi ressemble un tel endroit.  Entre temps, je regarde autour de moi et cherche des signes pour m’orienter dans ce pays où je viens d’arriver.

IMG_5757

Logiquement, je devrais aller vers les lumières, Thamel est un grand grand quartier, extrêmement populaire auprès des touristes, ce n’est pas normal que j’aille vers…  cette ruelle sombre.  Je demande des explications au chauffeur, il me répond que oui, c’est par là.  Je n’y crois pas, il insiste.  J’insiste plus. Je lui monte la carte.  Il lève le ton, me dit que oui, mon auberge est par ici.  Je n’y crois pas un mot, la ruelle est beaucoup trop petite, trop noire.  Je lève vraiment le ton, lui dit de revenir en arrière presqu’en criant.  Dans les petites rues il va plutôt lentement, je le menace de sortir directement.  Bon, c’est fait, les deux, nous crions.  Devant ma hargne, il finit par rebrousser le chemin, et non, ce n’était pas au bout de cette ruelle noire.  Je sors du taxi rapidement et lui lance presque les billets.  Ouf.  Je suis vraiment ébranlée.

IMG_5744

J’arrive au milieu de Thamel, cet endroit mythique, on en parle comme le paradis des voyageurs.  C’est vrai, c’est bien, on peut y manger de la pizza et du spaguetti ; après un trek dans les Himalayas ce doit être très relaxant de retrouver un peu de chez nous à l’autre bout du monde.  Mais j’avoue qu’au milieu de toutes ces babioles pour touristes d’inspiration bouddhiste, je trouve le tout un peu trop éloigné de la culture locale.  Près d’un café où il y a même des machines à expresso, je vois quelques enfants en groupe courrir pieds nus, le nez dans un sac de plastique rempli d’un peu d’essence.

IMG_5755

Tout cela commence de manière un peu intense, mais je savoure quand même le moment, le Népal, c’est la fin d’une grande quête pour moi.  Lorsque je suis allé en Inde à 17 ans, j’ai découvert la culture tibétaine et je tenais vraiment à en voir toute les facettes.  Quelques années plus tard, j’ai été en Chine découvrir un second visage de ce peuple.

(Voir l’article ci-bas) Aux portes du Tibet

Me voici au Népal maintenant.  Je suis vraiment curieuse de voir l’autre visage de la population tibétaire en exil.  Je réalise vraiment un rêve, demain je vais aller visiter le temple Swayambhunath.

14

 

5- La citoyenne du monde

Un jour, quelqu’un m’a dit qu’avec tous mes voyages, j’étais une vraie citoyenne du monde.  Un voyage ici, un voyage-là, je n’appartenais à personne, puisque j’allais partout.  Sur le coup, j’ai été tellement flatée!  Wow, wow, wow, moi la p’tite fille de Pointe-aux-Trembles.. je suis une grande Citoyenne du Monde.  J’avoue que pendant plusieurs années, je me suis enorgueillie de ce charmant titre, un peu trop fière d’ailleurs.  On aurait dit que ça me donnait l’impression de n’avoir peur de rien.

Un jour, dans un souper, je ne me souviens plus quand, ni où, quelqu’un a bien ri de cette expression.  Je me souviens pas non plus d’où la personne venait, mais elle m’a dit ceci, et je ne l’ai jamais oublié.

Elle m’a dit :

«Sté Andy, te rends-tu compte que tu peux dire cela seulement parce que tu es privilégiée?  Toi, tu es née avec la nationalité canadienne, avec ton passeport, tu passes partout, sans question, ni regard.  Toi, tu peux.  Tu peux bien être fière de te définir de cette manière, tu es née avec la possibilité de voyager, de traverser les frontières.  Bien des personnes rêveraient de le faire aussi, mais c’est impossible.  Et ce sont souvent les gens chez qui tu voyages.  Tu trouves leurs cultures fascinantes, tu peux les comparer, essayer de les comprendre, mais combien des personnes que tu as rencontré pourraient vraiment faire comme toi?  Ce n’est pas vrai que tout le monde peut être un citoyen du monde, Andy.  Et le fait que tu te décrives de cette manière ne fait que démontrer comment tu ne réalises pas tes privilèges.  Certains ne peuvent pas.»

Ne me méprenez pas, je crois dans le pouvoir de la détermination personnelle.  Que quand on veut, on peut… et tout le tralala.  Mais peut-être que pour moi, ça été plus facile d’amasser les outils pour voyager, parce que j’avais accès à internet, au crédit, à la possibilité d’ouvrir un compte bancaire, à la possibilité d’avoir un emploi, une éducation…  et je passe l’électricité et l’eau courante, la nourriture pour mettre sur la table.

Depuis, je ne me suis plus jamais définie de cette manière.  Et je suis aussi beaucoup plus consciente du signal que j’envoie quand je mets les pieds dans un pays… moi qui vient d’ailleurs et qui a le pouvoir d’achat et le pouvoir politique de voyager.  Je suis pas une citoyenne du monde après tout, je suis une québécoise qui a vraiment beaucoup, beaucoup de chance de voyager.

 

 

IMG_5626

4 – Le meilleur avion

Je quitte déjà le Bangladesh.  Les yeux remplis d’expériences colorées et magnifiques, comme cette ride jusqu’au village le plus proche, assise dans la charette, les pieds ballotants dans le brouillard humide de cette matinée orange.  La charette est tirée par un homme à vélo, ce que je trouve tout à fait incongru, puisque je me fais porter par une force humaine, et que je suis humaine qui peut se porter, mais bon…

IMG_5698

C’est le retour dans le train, puis vers l’aéoport… et dans l’avion.. le petit petit petit avion, avec des chaises pliantes non fixées au plancher.. et oh des trous dans le métal qui forme le sol. Je n’allais pas entrer au Népal n’importe comment!  Le regard absorbé par l’ouverture dans la carlingue, on décolle.  Bon, un peu de turbulences… mais ce n’est pas ce qui va me faire peur ; j’en ai pris des vols!

Le temps passe lentement à quelques milliers de pieds dans les airs… jusqu’à ce qu’une voix un peu tremblante annonce au micro que nous nous ne rendrons pas à Katmandou ce soir…  bon, bon, je ne suis pas une fille qui s’inquiète… mais.. pourquoi revient-on à Dhaka?  Ah oui, bien sûr, les instruments de bords ont cessés de fonctionner et sté… atterir sans instrument de bord en plein coeur de l’Himalaya, c’est pas… super!

9

Oh la la!  Ce soir-là, parce que c’était bien la grande noirceur à ce moment-là, je n’ai donc pas été au Népal.  Non, non, mon pilote a été extraordinaire et ont est réatteri à vue à la capitale du Bangladesh.  Peut-être que je préfère me faire porter par un homme à bicyclette finalement 😉

 

3 – Au village

Je suis arrivée dans ce tout petit village avec de magnifiques personnes.  Mes pieds foulent les chemins de terre tapée, et se tracent un chemin entre poulets et chèvres.  Les animaux sont partout, sortent des racoins puis disparaissent à nouveau.  Je me demande bêtement comment ils retournent à la bonne maison le soir, puisqu’ils se mélangent inlassement au village durant la journée.  On me répond qu’ils retrouvent tous le soir, le chemin de leurs maîtres.  Je ne savais pas, moi, qui vient de la ville.

IMG_5278

La plupart des grands bâtiments sont faits de béton, mais beaucoup de maisons sont faîtes de panneaux de feuilles.  Ces minces murs m’impressionnent beaucoup, j’imagine que je n’ai pas la même perception d’être à l’intérieur ou à l’extérieur d’une habitation.  Je suis tout autant impressionnée lorsque je vois ces hommes casser à la main le grain du riz qu’ils ont récolté.  Quel travail!!!

16

Le Bangladesh, n’est pas un pays touristique.  Il n’y a d’ailleurs que très peu de «lieu» à visiter à l’exeption de quelques temples.

18

8

Ce sont les gens et la vie quotidienne qui est si impressoinnante.  Les femmes dans leurs habits multicolores et les hommes en lungis, les enfants qui jouent, le rythme de la culture du riz qui change constamment le paysage.

IMG_5233

 

IMG_5064

Un soir, j’ai été invité à souper dans une famille du village.  Un vrai honneur.  Assise à la petite table, la femme me sert le repas, puis l’homme vient vers nous souhaiter bon appétit.  Le couple s’en va.  Sur le moment, je trouve la pratique tout à fait bizarre, mais je ne dis rien.  J’apprends bien vite qu’ici, on ne partage pas le souper avec ses invités par respect.  C’est une coutume à laquelle je ne suis pas habituée, mais je comprends bien vite que c’est rempli de bonnes intentions.

Il y a tant de belle choses à apprendre au Bangladesh.  J’ai d’ailleurs pu admirer le plus charmant des autobus scolaires  🙂

IMG_4993

2 – Si près et si loin

J’étais plantée là, à la garre.  Il y avait beaucoup de monde à la garre. Surtout beaucoup de monde autour de… moi.  Et proches, vraiment proches.  Proches comme dans, il y a une dizaine de personnes qui me regarde à moins de 50 centimètres de mon visage… et plus d’une vingtaine après ces dernières.

-Eeee, c’est normal qu’il y a autant de gens autour de moi?

-Oui!  Vraiment normal!

-Mais… c’est impossible.  Les gens doivent être là pour une autre raison!?

-Non, non.  C’est vraiment pour toi!  Ils veulent te connaître!

-C’est impossible…

-Bouge, tu vas voir!

En voyage, j’avais déjà fait l’expérience d’être le centre d’attention ; ce n’était pas la première fois pour moi.  C’était surtout des enfants qui s’amassaient près de moi pour dévisager la couleur de ma peau.  Toutefois, au Bangladesh, c’était tout-à-fait un autre niveau!  Non seulement, les gens s’arrêtaient dans la rue pour me dire bienvenue, mais ils s’approchaient extrêmement prêts, sans mot, pour m’observer.

IMG_5294

Et c’est ce qui est arrivé.  Je me suis posté une quinzaine de mètre plus loin de l’endroit où j’étais, pour faire le test.  Tout doucement, il y a eu un mouvement de masse.   Des enfants, s’avançaient, puis des hommes, quelques personnes plus âgées, et enfin des femmes.  A la fin , il y avait autour de 40 personnes à quelques centimètres près de mon visage.  Il n’y avait vraiment aucune animosité, seulement la plus belle des curiosités!  Malhereusement, je ne parlais pas bengali, et c’était vraiment difficile de communiquer. Toutefois, pour moi, ça été l’un de mes moments de vie les plus intenses : si près et si loin des gens au même moment.

Je réfléchis toujours beaucoup en voyage.  Sur ce qui nous éloignent et ce qui nous rassemblent.  Sur les différentes perceptions du monde qui nous habitent et qui défissent notre vision de certains concepts.  Clairement, ici, ma perception de mon espace/bulle avait été mis à l’épreuve, mais c’était tellement avec une bonne intention de la part des gens.  C’était absolument fascinant de constater le désir de découvrir des gens autour de moi et mon incapacité totale à communiquer avec eux. 🙂

10

La tête dans les nuages, le train s’ébranlait.  Je sortais tranquillement de Dhaka, et je me dirigeais enfin vers la campagne. 🙂

17

 

 

1 – Au bout du monde

Je suis arrivée au Bangladesh les yeux écarquillés.  J’arrivais directement de Montréal, les deux pieds encore pleins de neige du mois de décembre.

A l’aéroport, j’avais l’impression que j’avais déjà vécu plein d’aventures ; j’étais passée par le Qatar.  Dans l’aile de l’aéroport, où j’attendais mon prochain vol, les femmes portaient le tchador.  Avec mon visage à découvert, mes cheveux attachés par un gros élastique et mes souliers de marche, je détonnais pas mal!  Et je l’avoue, les vêtements de ces femmes m’impressionnaient beaucoup.  Toutefois, ce n’était qu’une impression : une fois rentrée dans la salle de bain, entre femmes, les tissus se sont envolés et c’était le retour à ce que je connaissais mieux : l’une se maquille, l’autre change la couche de son petit, et hop c’est reparti.

J’étais donc à Dhaka, la capitale du klaxon!  En 5 minutes, dans mon tuk-tuk, j’étais dans un traffic monstrueux!  C’est qu’entre les autobus décorés de mille couleurs, il y avait les vieilles autos, puis les motos, les ricks-shaws et enfin les taxi-bicyclettes… ah oui et les vendeurs ambulants et les piétons!

5

Dhaka, c’est une ville qui t’avale, carrément.  Le bruit y est littéralement assourdissant, et les rues ridiculement minuscules.  C’est d’ailleurs un jeu plutôt amusant d’essayer de ne pas se faire écraser les pieds ou de trouver le ciel, tellement il y a des échafaux, par dessus des échaufaux.

7

Bref, l’expérience était totale.  Accrochée à mon rick-shaw, le sourire fendu jusqu’au oreille, j’appréciais de nouveau l’odeur typique des grandes villes de ce coin du monde ; un doux mélange de friture, de feu et de gaz.  Et je n’étais pas au bout de mes surprises : le Bangladesh étant un pays où la religion est très importante, on a dû assurer au responsable de l’hôtel que j’étais bien mariée avec mon partenaire du temps pour avoir une chambre 😉 C’était le début d’une autre belle aventure!

 

 

 

 

19 – Épilogue de cette aventure asiatique – La peur

Quand je suis partie en Asie pour la première fois, j’avais 21 ans.  J’avais été en Inde et en République Dominicaine avec des programmes d’initiation à la coopération internationale, mais je n’avais aucune idée de c’était quoi… un voyage sac-à-dos.

Quand je suis arrivée en Beijing, les deux pieds au milieu de gens qui ne parlaient pas un mot d’anglais, j’ai capoté.  Face à l’inconnu.  Ni Hao la Chine, moi c’est Andy.

Les premiers jours, j’ai trouvé ça rough.  Attend, je veux dire les premières semaines.  Pour être honnête, j’étais incapable de manger la bouffe chinoise au début.  Pendant des jours, j’ai mangé de poulet Kong Pao, parce que je savais que c’était du poulet et des peanuts.  That’s it.  J’ai jamais été une fan des pattes de poulet, ni de cerveau de mouton d’ailleurs 😛

Aujourd’hui, quelques années plus tard, je me trouve ben hot de m’avoir lancé dans l’inconnu comme ça.  Banguerang.

Parce que j’ai eu peur : (Oh oui)

  • De ne pas trouver d’endroit où dormir.
  • De travailler traverser une jungle remplie de grosse bibittes..

  • De manger de manger de la viande, et de me demander si c’était du chien.

  • De me perdre en milieu de mégapoles chinoises.

  • De ne pas être comprise, car personne ne parle ma langue.

Mais c’est ce qui m’a donné la force d’attraper des opportunités de vie plus intenses les unes que les autres par la suite, et de maintenant travailler au Nunavik.   Et de faire de ma vie une constante chaîne de défis.

Ce que je veux dire, c’est que des fois ça vaut la peine d’avoir peur.

Parce que se mettre dans une position où tu peux plus reculer, c’est aussi te mettre dans une position où tu ne peux plus qu’aller de l’avant.  Et apprendre.  Et grandir.

18 – L’armée ensevelie

On raconte, qu’un jour, un fermier ratissant son champs a découvert un trou au sol.  Intrigué, il a creusé, puis creusé encore, pour découvrir une fosse remplie de… soldats ; il venait de découvrir l’armée de terre cuite de l’empereur Qinshihuang ou plutôt son mausolée.

DSC03758 (1)

L’armée découverte ce jour-là est tellement gigantesque qu’une bonne partie de celle-ci reste toujours ensevelie à ce jour.  Et c’est ce que j’ai été visité à Xi’an.

DSC03757

Des champs et des champs de soldats en terre cuite ensevelis, des chevaux aussi, et différents types de combattants… une véritable nécropole pour homme qui voulait se protéger lors de son passage vers la mort.  Et quel fantasme quand même!  On raconte que les artisants ont été enterrés vivants!

L’attraction est aujourd’hui protégée par de gigantesques domes et est très (très) populaire!  Sur les photos on voit souvent seulement les soldats, mais les foules de touristes sont gigantesques!

DSC03753

Bref, pour l’expérience mystique, c’est à voir absolument! Mais garre aux hordes de touristes!

17 – Le mont Hua Shan : l’extrême via ferrata chinoise

Le Mont Hua Shan, est la place en Chine pour vivre des émotions fortes!  Le paysage est sincèrement à couper le souffle!   Au sommet, on se retrouve au milieu de pics aiguisés et de petits temples, puisque la montage est un lieu religieux daoiste depuis plusieurs décennies.

DSC03777DSC03788

DSC03773

DSC03766DSC03774

DSC03794 (1)

Il est possible de grimper pour aller au sommet, mais même prendre le téléphérique est une expérience vraiment impresionnante.  Dans la petite boîte vitrée au milieu de cette immensité, je me sentais tellement petite!

DSC03797

Mais le paysage n’est que le début de la légende, puisque le Mont Hua Shan est connu à travers le monde pour son parcours extrême de via ferrata.  Mettons que les normes de sécurité n’ont rien à voir à ce qui se fait au Québec!

Avec les planches de bois accrochées à même le roc…

DSC03787 DSC03781

Des chaînes..

DSC03780

Et des pics de métals à titre d’escalier!

DSC03779

Franchement, il y a de quoi avoir la frousse!

16 – Les enterrements du ciel et de la terre

J’arrive à Xinning.  Je n’ai qu’une envie, c’est d’aller sur internet faire plus de recherches sur Yushu.  Assise sur un mini banc en plastique dans un café internet un peu crasseux, j’essaie de comprendre où je viens de passer.  L’internet est extrêmement lent.  Comme d’habitude, plusieurs sites sont bloqués par le gouvernement : pas facile d’avoir de l’information.

Au bout d’une demi-heure, ça y est, j’ai trouvé : tremblement de terre.

Et oui.  Tout s’éclairci.  Mon guide de voyage date de l’année précédant l’évènement, voilà pourquoi je n’ai jamais entendu parler de cette situation incroyable.  J’essaie d’en apprendre plus, mais il y a très peu d’information en ligne.  Une chose est sûre, la dévastation que j’ai vue m’a vraiment jeté à terre.

 

DSC03748

Ce n’est qu’un an plus tard, que j’ai vraiment réalisé où j’étais allé.  A Montréal, dans une exposition du World Press Photo, je lisais les descriptions reliées aux meilleures photos prises à travers le monde.  Jusqu’à ce que… Oh!  Je vois des images de Yushu!!  Quelle surprise!!

Sur les photos, j’ai vu des allées et des allées de corps étendus prêts pour le rite funéraire traditionnel des Tibétains.  Des dizaines de corps.  Honnêtement, je ne pouvais pas croire que j’étais passé par cette ville, quelques mois après cet évènement où tant de personnes étaient décédées si drastiquement.  Il y avait plusieurs photos du «Sky Burial».  Je n’ai pas trouvé de traduction exacte en français de cette pratique, on parle parfois d’enterrement à ciel ouvert ou d’enterrement du ciel et de la terre.

DSC03746

Durant mon séjour dans l’Ouest de la Chine, j’ai été invité plusieurs fois à observer ce rite à titre de touriste.  Au coeur de la tradition bouddhiste tibétaine, où l’on croit à la réincarnation, on croit aussi que le corps doit être redonné à la terre.  Lors d’un décès, le corps est donc séparé en morceau par un moine et les os et le cerveau sont broyés, puis mélangés à de l’orge pour être ensuite offerts aux vautours.  Il n’y a pas de mise en terre.

Honnêtement, j’ai éprouvé un profond malaise à cet égard ; à l’idée d’observer un «enterrement» d’une personne dont je ne suis pas une proche.  C’est pourquoi j’ai décidé de ne pas assister à ce rite.  Bien que cette pratique ait été sans doute extrêment intéressante à observer, puisqu’elle est si différente des croyances apprises au sein de ma culture, j’ai pensé que je trouverai complètement irrespectueux que quelqu’un paierait de l’argent pour venir observer ma famille au salon funéraire.  J’ai donc refusé à plusieurs reprises cette opportunité lors de ce voyage.

DSC03745

Toutefois, je trouve cette pratique intéressante.  Elle fait réfléchir sur la signification que nous donnons à la vie, à la mort, au corps, à la réalité tangible, à la réincarnation, etc.   C’est pour cela que je voyage : pour  connaître d’autres points de vue, me remettre en question, comprendre le monde et apprendre à voir comment d’autres peuples abordent autrement des concepts et des expériences de vie, à leur manière.  Le tremblement de terre à Yushu aura certainement été pour moi une expérience de vie unique et une occasion formidable de me questionner sur ces sujets.

15 – Dévastation à Yushu

Aller à Yushu a représenté un grand défi.  Les transports dans l’Ouest de la Chine sont assez rudimentaires en raison des routes très rocailleuses et à flan de montagne!  J’ai toujours eu le mal des transports et j’ai définitivement été servie sur cet aspect dans l’Ouest de la Chine en raison du réseau routier.  Voyager dans cette partie de la Chine peut être ardu.  Toutefois, c’est un prix minimal à payer pour avoir accès à cette zone très peu connue des Occidentaux et où vivent de nombreuses minorités chinoises.  Pour ma part, les paysages que j’ai pu voir et les rencontres que j’ai pu faire ont largement dépassé l’inconfort que j’ai vécu dans les transports.  J’avais entenu parler de Yushu comme un paradis et un berceau de la culture tibétaine.  Coûte que coûte, malgré le temps de transport important qu’il me fallait pour découvrir cette ville, je voulais y aller.

C’est donc après une interminable journée de transport que je suis je suis arrivée… dans un camp de réfugiés.

Franchement, je ne comprenais absolument rien et j’étais sous le choc!  Moi qui m’attendais à des temples magnifiques et des femmes en habits tradionnels, je me suis retrouvée au milieu de centaines de tentes bleues!

DSC03739

Dans le taxi, je sors mon meilleur mandarin pour essayer de trouver un endroit où dormir pour la nuit.  Je pointe à plusieurs reprises les différents hôtels inscrits dans mon guide Lonely Planet, mais le chauffeur, avec qui je suis incapable de réellement communiquer, hoche la tête à chaque nouvel essaie et fini par se fâcher après moi.  Bien sûr, je ne comprends pas grand chose à ce qu’il me dit!  Incrédule, je me demande bien où je vais passer la nuit… Le chauffeur fini par m’amener au seul bâtiment encore debout dans la ville.

DSC03737

Les personnes à l’entrée ne comprennent ce que je fais ici, moi la touriste.  On fini par me donner une chambre.  Des femmes très peu habillées circulent autour de moi.  Je me rend qu’il ne s’agit pas exclusivement d’un hôtel… et mon hypothèse se confirme en entrant dans la chambre, en voyant les draps -pas très propres- sur le lit.

Il se fait tard, je suis fatiguée et je comprends pas vraiment ce qui arrive.  On me dit que je suis bien à Yushu, mais il est évident que Yushu n’est plus le paradis de la culture tibétaine dont j’avais entendu parler.  La tête pleine de questions, je m’enroule dans mon sac de couchage (pas question que je dorme dans les draps collants).  Je décide de repartir de lendemain en autobus.  Je ne peux pas rester dans ce camp.

DSC03736

Le lendemain matin à l’aurore, je repars, toujours aussi incrédule.

DSC03738

A suivre…