Tracer mon chemin

 

Un rêve : traverser l’Afrique

Quand j’ai décidé de traverser l’Afrique avec mon sac-à-dos, ça été des mois et des mois de préparation. Il fallait lire à propos des différents pays, bien connaître les situations politiques variées, figurer quels visas étaient nécessaires pour quels pays, lesquels je devais faire à partir du Canada et lesquels que je pouvais faire faire en chemin, dans quels pays et à partir de quelles villes. C’était complexe, car il n’y a pas d’ambassade canadienne partout, toutes les frontières ne sont pas aussi faciles à traverser par la terre, toutes les régions ne sont pas aussi stables et le coût de la vie variait considérablement d’un pays à l’autre. C’était un vrai casse-tête de faire un itinéraire sécuritaire, peu dispendieux, me permettant d’avoir accès à un éventuel visa pour un éventuel pays.  J’étais vraiment en train de tracer mon chemin.

Au départ, je voulais traverser la Côte Ouest Africaine. J’avais entendue des histoires magnifiques sur le Congo et je voulais absolument y aller. A l’époque, ça commençait à bouger beaucoup dans les endroits ou l’organisation de Boko Haram était présente, ça me faisait douter de mon choix, mais je continuais de m’informer sur le sujet. Après plusieurs semaines, j’ai fini par acheter un billet d’avion pour Lagos au Nigeria, ça me semblait la meilleure porte d’entrée pour cette région du monde. J’étais si contente. Une fois le billet d’avion acheté, j’ai commencé à faire les démarches pour obtenir mon visa, car il fallait le billet d’avion acheté pour l’obtenir.

 

Beaucoup de préparation et d’imprévus

Ca s’est révélé être un parcours du combattant. Même si j’avais bien lu les directives du site internet, les documents requis changeaient à chaque fois que j’allais directement à l’ambassade à Ottawa. Je rassemblais ce que j’avais besoin, puis ça changeait. Je revenais à Montréal, je me préparais, et ça ne marchait toujours pas. Après 3 mois d’aller-retours, j’étais vraiment frustrée ; j’étais dans l’impression qu’on ne voulait pas me donner de visa. Découragée, et voyant la situation politique changeante de cette région du monde, j’ai décidé de réserver un vol à partir de Lagos et de me diriger vers Addis-Abbeba en Éthiopie. Tous mes plans venaient de changer : je ferais la côte-est du continent! Je devais tout re-planifier à la dernière minute!

En réalité, il n’y avait pas beaucoup d’information sur le sujet : peu de voyageurs ont visité l’Afrique avec un sac-à-dos, sans l’appui d’une ONG. J’ai réalisé rapidement que je devais tracer mon propre chemin, et faire ma propre expérience! Il y avait beaucoup de zones grises et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. A travers ces démarches pour planifier mon voyage, je me suis souvent demandé si je devais abandonner, et si mon rêve était tout simplement irréalisable.

 

Un très grand accomplissement

Toutefois, j’ai compris à travers le temps que si je voulais réaliser un rêve aussi fou que de traverser l’Afrique avec mon sac-à-dos, je devais faire preuve de persévérance et avancer à mon rythme jusqu’à mon objectif personnel. Mon objectif à moi n’est pas celui de tous, mais c’est celui qui me rendra heureuse selon mes propres standards. Alors même si le processus de planification a été long et fastidieux, j’ai pu réaliser cette unique expérience de vie dont je suis vraiment très fière jusqu’à ce jour.

Aujourd’hui, avec ma fille au Nunavik, même si je suis au Québec, je peux facilement me référer à cette expérience. J’ai très récemment changé de communauté de Salluit à Kuujjuaq et j’ai trouvé le processus plus qu’intense. Toutes les mamans de jeunes enfants me comprendront. Notre vie au Nord est atypique. Trois fois par année, je prépare mes boîtes de bouffe, de vêtements chauds, et tous les jouets de ma croquette a besoin pour se développer au maximum pour de longs mois. Je vis au rythme de ces aller-retours Nord-Sud depuis des années maintenant, et amener ma fille avec moi n’a fait que complexifier ce processus : bouteilles, formule, couches et petits pantalons de neige et petites bottes font maintenant partie du lot!

 

Encore beaucoup, beaucoup de préparation

Ça été quelque chose de préparer ce dont j’avais besoin pour ma famille, faire monter mes boîtes par cargo, faire envoyer mon auto par bateau (!), faire mes boîtes de déménagement avec une minie qui coure partout et sort les choses de ces mêmes boîtes, faire mon test de COVID, passer 3 jours à l’hôtel en attendant mon test négatif et faire une quarantaine à mon arrivée à Salluit, commencer déjà à habiller ma fille pour la saison froide, être pognée à Puvirnituq avec toutes mes boîtes parce que l’avion n’a pas pu atterrir, recommencer à travailler après un congé de maternité et garder ma fille dans ma classe pendant que j’essaie de planifier mon année scolaire, défaire les boîtes le soir, partir très tôt le matin avec la poussette, parce que l’auto n’est pas encore arrivée par bateau, et tout le tralala. Des fois dans le stress des préparatifs pour le Nord ou dans la planification de ce déménagement, je me suis demandé sérieusement pourquoi je faisais tout ça…. Je pourrais pas me prendre une job au Sud, il me semble que ça serait plus relax?

Tracer mon chemin

Tracer mon chemin

Mais non. Je me rappelle les préparatifs de mon voyage en Afrique. Je me rappelle que je suis au Nord, et que c’est un mode de vie que j’adore. J’habite au cœur du cœur de la nature, je partage ma vie ave un peuple formidable, je vis à un rythme beaucoup plus relax que celui du Sud, je vis à chaque année des expériences inouies comme manger de la nourriture traditionnelle, je fais du skidoo les cheveux au vent. Ça, ça répond à mes objectifs de vie. Et même si c’est pas toujours facile, je trace mon chemin, car il n’y a pas de guide pré-fait pour la vie qui me rend heureuse.

 

Pour en connaître plus sur une autre de mes réflexions de voyage, c’est par ici!

http://pleinairvoyagesetcompagnie.com/2019/10/13/heureuse-dans-le-monde/

andreanneparenteau

Bonjour! Bienvenue sur mon blog! Ici, vous trouverez plusieurs articles sur ma passion pour le plein air et les voyages. J'occupe tous mes temps libres à découvrir le Québec et ses environs à travers différents sports. Dès que j'ai l"occasion j'attrape les occasion de voyager avec mon sac-à-dos. Voici les pays que j'ai visités : Chine, Vietnam, Laos, Cambodge, Népal, Bangladesh, Ethiopie, Ouganda, Malawi, Kenya, Tanzanie, Namibie, Zambie, Afrique du Sud, Nicaragua, République Dominicaine, Inde et le Cameroun. Cet automne, je serai à Waskaganish!

Leave a Reply