Pourquoi je serai heureuse (presque) partout, ou la règle du 7 sur 10

L’origine de cette règle

Heureuse dans le monde.  Durant ma vingtaine, j’ai très souvent voyagé avec un micro-budget, une toute petite somme d’argent que j’avais épargné à la sueur de mes nombreux emplois d’étudiante.  Avec ces précieux dollars, j’ai voyagé du Bangladesh à la Chine, du Kenya à l’Ouganda, au Nicaragua et en Argentine.  Durant ces grands moments de vie, j’ai eu la chance d’observer des paysages, coutumes et cultures absolument magnifiques, en faisant des choix stratégiques pour faire durer mes économies!
Parfois, je me suis retrouvée dans de drôles de situations à travers lesquelles, sortie de mon confort québécois, j’ai du apprendre ce dont j’avais vraiment besoin, et qui me rendait absolument heureuse.  Voici ma liste.  Elle est très personnelle bien sûr, et cela peut être différent pour tous!
1.  Boire de l’eau propre.
2.  Un bon repas, qui varie possiblement, et avec des légumes.
3.  Etre dans un endroit propre.
4.  Être en bonne compagnie
5.  Porter des vêtements propres et appropriés pour l’occasion.
6.  Faire des activités qui me font grandir et tripper
7.  Être en santé
8.  Avoir de la chaleur quand il fait froid, de la fraîcheur quand il fait chaud
9.  Pas de bébittes (je ne m’habituerais jamais aux insectes :P)
10.  Être en sécurité
Lors d'un trek magnifique en Argentine

Lors d’un trek magnifique en Argentine

Bref, en me déplaçant d’endroit à chaque 3 jours sur différents continents, j’ai bien vite réalisé que je ne pouvais pas toujours tout avoir en même temps… comme la fois ou j’ai dormi par mégarde dans un bordel en Éthiopie (sécuritaire, sans bébittes, avec de bons restaurants tout autour… mais plus ou moins propre) ou lorsque je me suis fait interpellé avec un couteau à Cape Town en Afrique du Sud (un endroit vraiment génial et tellement beau, mais ou je ne me suis pas toujours senti en sécurité)!  Donc, dans différentes situations ou j’ai vécu l’aventure, car on va se le dire un voyage sac-à-dos n’est pas toujours de tout repos, je me suis donc créée la règle du 7 sur 10.  Si j’avais au moins 7 éléments sur 10 de ma liste, je me disais que c’était une très bonne journée.  J’ai bien vite appris que je devais apprécier ce qui passe… quand ça passe, car en voyage, comme dans la vie, tout peut changer en un clin d’oeil.  C’est certain que certaines choses sont plus importantes que d’autres, mais en général mon truc de la liste fonctionne plutôt bien 😉

Je suis plus que riche

J’ai aussi commencer à aborder la vie de cette manière, car en voyageant à travers le monde, j’ai aussi ouvert grand mes yeux sur mon propre niveau de vie au Québec.  Comme je l’ai mentionné plus haut, au quotidien, je peux très facilement remplir mon 7 sur 10 tous les jours de ma vie.  Malheureusement, j’ai pu constater que c’est loin d’être le cas pour une partie de beaucoup d’habitants de notre planète, et je m’en rappelle chaque jour.  J’apprécie de ce j’ai, car je sais que d’autres n’arriveront que très rarement dans leur vie à atteindre mon top 7.
A mon arrivée au camp de base de l'Annapurna au Népal

A mon arrivée au camp de base de l’Annapurna au Népal

Tout est temporaire

En voyage, j’ai aussi appris que tout est temporaire.  A chaque changement de destinations, mes acquis sur ma liste changeaient, tout comme dans ma vie normale au Québec.  En réalité, il y a des situations ou j’ai littéralement passé des heures et des heures à ruminer de la colère.  Notamment, à propos de certaines personnes ou certaines situations inconfortables.  Toutefois, la plupart du temps, ces événements se sont éloignés de moi naturellement.  J’ai réalisé à quel point j’avais perdu mon temps à investir mon énergie dans le trou sans fin de l’insatisfaction.  Je prends plutôt le bien quand ça passe, car certaines douceurs de la vie partent dans le vent, avec un changement d’adresse, d’emploi, d’amitié, le tout d’un seul coup!  Alors mieux vaux profiter dans le moment présent.
Lors d'une randonnée au Québec au Mont Kaikoop, être en nature une autre manière d'être heureuse dans le monde

Lors d’une randonnée au Québec au Mont Kaikoop, être en nature une autre manière d’être heureuse dans le monde

 

La vraie richesse

Finalement, la vie m’a bien vite appris que la richesse matérielle n’est pas synonyme de paix intérieure.  Posséder ne signifie par vivre ou être ou apprécier, mais seulement posséder.  Bref, voici comment j’ai découvert comment être heureuse partout dans le monde.
Dans un village historique en Éthiopie

Dans un village historique en Éthiopie

Prochain article de blog?  J’entamerai une série sur l’Espagne! Hasta la próxima!
Envie d’un autre article à se mettre sur la dent?  Je t’emmène en Espagne!
http://pleinairvoyagesetcompagnie.com/2019/10/21/delices-de-barcelone/
Le début de l’article juste ici :
Je suis partie en Espagne à la fin de mon premier séjour dans le Grand Nord.  Après 4 mois dans un hiver froid et sans fin, repartir en plein été pour l’Europe, c’était le rêve absolu!  Au menu, 3 endroits mythique : Madrid, Barcelone et Ibiza.  Je n’étais pas allée en Europe depuis un court séjour avec mon école secondaire lorsque je devais avoir 15 ans.  Depuis, j’avais surtout voyagé avec sac-à-dos dans des destinations un peu plus économique.  Bref, l’Europe pour moi… c’était le grand grand luxe, et j’avais donc très hâte de redécouvrir le vieux continent et de découvrir les délices de Barcelone!  Dès que j’ai mis les pieds en Espagne, j’ai ressenti le haut niveau de vie de l’endroit.  Tout était tellement raffiné et recherché, je ressentais vraiment l’abondance et la finesse dans tout.  Bien sûr, j’étais à Barcelone, un endroit très touristique, mais moi qui revenait de la simplicité du mode de vie nordique, j’appréciais de me la couler douce pour une fois!  … pour continuer la lecture : http://pleinairvoyagesetcompagnie.com/2019/10/21/delices-de-barcelone/
Curieuse d’en savoir plus ce que j’ai écrit pour d’autres blogs?  C’est ici! http://lebackyard.com/longue-randonnee-nepal/
http://lebackyard.com/longue-randonnee-nepal/

Leave a Reply