Comment préparer un voyage sac-à-dos en 6 étapes faciles!

 

La première fois que j’ai décidé de partir en voyage sac-à-dos, j’étais certaine que j’allais oublier quelque chose d’extrêmement important!  J’avais beau réviser et réviser encore mes bagages, j’avais toujours l’impression que j’allais oublier une étape et me retrouver dans une situation impossible.

Heureusement, avec l’expérience, j’ai appris les 6 étapes essentielles de préparatifs réussis pour un voyage sac-à-dos en toute sécurité!  Croyez-moi, après avoir visité 26 pays, j’ai testé et retesté cette liste à plusieurs reprises!  Elle est donc très exhaustive!

Vue sur les toits de Douala au Cameroun

Vue sur les toits de Douala au Cameroun

 

  1. Choisir une destination cool et… sécuritaire!

La première chose que je fais lorsque je choisi un pays à travers lequel je veux voyager, c’est de regarder le site du gouvernement canadien à propos des avertissements en vigueur.  Cela peut paraître intense, mais selon moi, c’est la base de bien connaître la situation politique des pays que je visite.  Bien sûr, j’ai déjà fait le choix d’aller dans des États ou des régions où des avertissements étaient en cours, comme en Ouganda ou au Cameroun par exemple, toutefois j’étais consciente du risque que je prenais : j’étais informée.

Voici le lien pour connaître cette information :

https://voyage.gc.ca/voyager/avertissements

A ce stade de préparation du voyage, le geste idéal est de lire les journaux et les magazines donnant de l’information sur la situation géo-politique d’un pays.  Par exemple, j’ai voyagé, il y a quelques années, au Nicaragua, un pays que j’ai tout-à-fait adoré et dans lequel je me suis toujours senti extrêmement en sécurité.  Toutefois, tout récemment, il y eu des rassemblements politiques plus mouvementés dans cet État d’Amérique Centrale.  Donc, sans m’empêcher de visiter le pays, j’éviterais les régions ou ces événements sont en cours.  Pour moi, l’important c’est de rester informée, afin de prendre les meilleures décisions possibles.

Durant mon trek de l'Annapurna au Népal

Durant mon trek de l’Annapurna au Népal, juste en face de l’Himalaya.

  1. Formalités administratives : une priorité pour un voyage en toute tranquillité

Pour ceux qui ne l’on pas encore fait, c’est le moment de faire faire son passeport et de réserver ses billets d’avion.  Un article sur comment réserver ses billets d’avion à bas prix s’en vient!

Deuxième pas important de cette étape?  Je regarde si j’ai besoin d’un visa pour entrer dans le pays.  Même si plusieurs pays ne demandent pas ce type de documents, certains le font et cette étape peut être…. Extrêmement longue!  En fait, les critères pour obtenir ledit document peuvent changer en cours de route!  Bref, prenez-vous à l’avance pour cette étape!  Surtout si vous allez au Nigéria!  (ah! ah! fait vécu, cela m’a pris une éternité pour obtenir ce document!)

Il est aussi possible qu’il soit trop tôt pour vous pour faire un visa, parce que votre voyage durera plusieurs mois.  C’est alors le moment de vérifier dans quelles grandes capitales vous vous arrêterez pour faire faire vos visas en cours de route.  Par exemple, quand j’ai traversé l’Afrique de l’Est, j’ai attendu à Addis-Abeba pour faire mon visa pour le Kenya.  Je me suis donc assurée avant de partir que j’avais tous les documents nécessaires pour faire faire mon visa dans un autre pays.  Par exemple, j’avais avec moi plusieurs exemplaires de photo-passeport, puisque trouver un endroit où les faire faire dans un autre pays peur relever de l’exploit!

La grande muraille de Chine!

La grande muraille de Chine!

 

3. La santé physique et mentale en priorité : s’assurer qu’en cas de pépin tout aille comme sur des roulettes!

Est-ce que je me suis déjà fait opérée d’urgence pour 1000 $ cash, pour une jambe infectée dans un hôpital à ciel ouvert au Népal?  La réponse… non!  Mais j’ai rencontré quelqu’un à qui s’est arrivé! Pour-de-vrai!  Pourquoi cette situation ne m’est jamais arrivée?

Parce que je me suis arrangée pour ne pas que cela m’arrive.

En toute honnêteté, je crois que c’est autant possible de se blesser en voyage, qu’à la maison.  L’important, c’est de se préparer pour vivre la situation de la façon la plus zen possible.

Bref, c’est maintenant le temps de prendre un rendez-vous à la clinique santé voyage, afin d’obtenir vaccins, conseils et antibiotiques si nécessaires pour la région visitée.   Une fois cette étape réalisée, j’achète des assurances santé-voyage pour l’ensemble de la durée de voyage, afin d’être sûre que mes frais médicaux soient pris en charge en cas de pépin.  Note : je garde toujours les documents expliquant quels sont les médicaments que je prends, puisque certains douaniers peuvent prendre les flacons de pilules pour de la drogue… et je veux bien sûr éviter toutes complications.

Après le tout, je fais une copie de tous mes documents : passeport, billets d’avion, visa, assurances, pièces d’identités (permis de conduire, carte d’assurance maladie), carnet de vaccins, prescriptions, etc. et je place les copies à 4 endroits différents : la première chez mes parents ou un-une amie de confiance au Québec, la deuxième dans mon petit sac-à-dos que j’amène dans l’avion, la troisième dans mon gros sac-à-dos et la quatrième en ligne sur Google Drive ou sur Drop Box.  Je prends également en note le numéro de téléphone et l’adresse courriel de l’ambassade dans les pays où je voyage, afin d’être capable de les contacter en cas de besoin.

Finalement, je m’assure d’avoir une trousse de premiers soins complète pour être le plus autonome possible en cas de pépin (j’écrirais un jour un article complet sur le sujet).

Point spécial sur le matériel : il existe du matériel-clé pour éviter des risques de santé en voyage, j’ai nommé : le système de traitement de l’eau adéquat et un moustiquaire pour éviter les piqures d’insectes.

Le Palais des Bamounes au Cameroun

  1. Question d’éthique : environnement et contact avec les populations locales

L’environnement, c’est extrêmement important.  C’est un point sur lequel je me questionne actuellement encore beaucoup.  J’ai toujours essayé de faire attention à mon emprunte environnementale au Québec et je commence à y penser de plus en plus en voyage.  C’est d’ailleurs la raison pourquoi j’essaie de ne pas acheter de bouteilles de plastique en voyage et de traiter l’eau que je vais boire à même la gourde que je remplie dans différents robinets.  Un article sur comment faire un voyage plus écolo est à venir!  De même, j’achète mon matériel auprès de marques responsables environnementalement.  Un autre sujet sur lequel je me promets de revenir dans un de mes prochains articles.

Respect des populations locales

En tant que touriste, il est de la plus grande importance de réaliser que notre présence dans un autre pays a un impact sur les populations locales.  Les populations locales sont nos hôtes lors de voyages à travers le monde, c’est d’abord et avant tout leurs territoires et leurs cultures qui nous permet d’apprécier ces terres.  Pour cette raison, je prends toujours un temps important pour m’informer sur les cultures présentes dans certains pays, avant de mettre les pieds dans un pays.

Par exemple, je choisis souvent de porter des vêtements d’apparence modeste, afin de respecter les coutumes en cours concernant l’exposition du corps.  Par exemple, porter des shorts en haut du genou en Inde n’est certainement pas l’idéal.  De même, mettre ses pieds face à une photo du Dalaï-Lama est un grand outrage pour plusieurs Tibétains.  Bref, j’essaie de m’informer avant mon voyage, afin d’être en mesure de respecter les gens.

Je m’assure également que mes vêtements sont fabriqués dans des conditions respectueuses des gens qui en font la confection.  Je m’assure donc, soit qu’ils soient produits localement au Québec ou qu’ils soient fabriqués avec des tissus équitables.

Je m’informe aussi sur les opinions des gens sur certains sujets, de même que les lois et les coutumes.  Par exemple, le gouvernement Ougandais condamne présentement les homosexuels et les personnes qui les connaissent, afin d’éviter toutes complications, ce n’est pas un sujet que je souhaite vraiment aborder durant la durée de mon voyage, puisque je ne veux pas me mettre les pieds dans les plats.

Durant le trek de l’Annapurna au Népal

  1. Choisir les activités les plus trippantes : bâtir son itinéraire!

Ouf!  Après avoir réalisé toutes ces étapes, c’est enfin le temps de planifier concrètement son voyage!  Youppi!

Je ne suis pas le type de voyageuse qui planifie tout son voyage.  Normalement, j’ai en tête les destinations où j’aimerais aller faire un tour, mais je suis bien consciente qu’au fil du voyage mon itinéraire risque de changer.  Voilà pourquoi personnellement, je ne réserve pas tout à l’avance.

Réserver sa première nuit à l’auberge 

Toutefois, en arrivant dans un nouveau pays, je réserve toujours ma première nuit dans une auberge.  Premièrement, je ne connais jamais vraiment la vibe du pays, même si j’ai toujours beaucoup lu avant de partir, rien ne peut vraiment nous préparer à débarquer dans une nouvelle destination comme le Népal ou le Bangladesh.  Pour cette raison, j’aime mieux avoir un endroit pour dormir en tête, afin que ma tête ne soit pas occupée par cet élément quand j’arrive.  Cela me permet d’avoir les sens aiguisés pour rapidement répondre aux questions suivantes : est-ce que je peux marcher la nuit?  Est-ce que je dois être sur mes gardes dans ce quartier ou, au contraire, il n’y a aucun danger.  En effet, quand je mets les pieds dans un nouveau pays, je veux être sûre de moi, je veux être capable de dire au chauffeur de taxi :

  • Oui, je vais là-bas, c’est sur telle rue, dans tel quartier.

Bref, j’aime avoir de l’assurance même si je ne sais pas du tout où je m’en vais.  Les gens ont donc moins tendance à tenter des éléments un peu plus croche.  Par exemple, quand je suis arrivée au Népal le chauffeur de taxi a essayé de m’emmener dans une ruelle sombre. A ce moment-là, je ne connaissais rien du Népal, mais je savais que j’avais réservé dans un quartier de backpackers et que probablement les soirées étaient assez animées.  Tout de suite, j’ai été capable de dire au chauffeur que ça n’avait pas d’allure de m’emmener par là et de lui dire que j’allais juste sortir du taxi s’il ne prenait pas une autre route!  Eh bien, croyez-le ou non, le taxi a viré de bord et c’est en arrivant sur une rue plus éclairée que j’ai réalisé que je m’en allais vraiment dans un piège!  Ouf!

Bref, après avoir réserver ma première nuit dans une auberge, j’achète mon guide de voyage.  Pour ou contre les guides de voyage, ce sera pour un prochain article, mais personnellement oui, j’en traîne toujours un avec moi.  D’ailleurs, je suis une vendue du Lonely Planet, c’est cette marque que je recommande absolument!  Avec le guide, je complète mon itinéraire avec la lecture de forums et bien sûr, Pinterest.

Normalement, pour bâtir mon itinéraire, je me fis aux trois critères suivants :

  • Le temps de mon voyage (2 semaines ou 3 mois, ça fait une différence!)
  • Mon budget (Un article sur le sujet sortira bientôt)

  • Les activités que je veux faire : (est-ce que je feel plus patate ou aventurière?!)

  • Les incontournables du pays ou «la bucket list»

Ex : manger un steak en Argentine, monter un volcan au Nicaragua, etc.

Tous ces éléments m’aident à déterminer quelles zones du pays je veux visiter et quels moyens de transport je vais utiliser pour le faire.

Personnellement, je voyage avec les Guide Lonely Planet.  Je les trouve concrets, utiles et pratiques!

Guides Lonely Planet

Fjord du Saguenay au Québec

  1. S’assurer d’avoir le matériel adéquat!

Alors, finalement, après avoir réalisé toutes ces étapes, j’en suis maintenant au matériel.  Maintenant que je sais ce que je vais faire au pays, je peux savoir si je vais apporter mon matériel de camping ou pas, du linge chaud ou du linge plus léger, etc.

J’ai un article sur les essentiels de voyage, je vous laisse juste ici!

Bref, j’imagine que cet article peut paraître intense!  L’idée n’est pas de vous faire peur, au contraire!  Ces précautions ne sont pas nécessaires pour tous les pays, c’est certain, une bonne préparation peut éviter des situations plus difficiles.  Personnellement, j’aime visiter des destinations peu connues, je me préparer donc au maximum, afin de rendre mon séjour le plus plaisant et le plus sécuritaire possible!

Si tu aimerais avoir une liste à cocher te permettant de penser à toutes les étapes de préparations sans de casser la tête, voici la mienne!  Je l’utilise à chaque fois que je pars 😉

L’ultime liste de préparation pour ton prochain voyage sac-à-dos!

Enjoy!

Leave a Reply