2 – Place au rodéo nicaraguayen !

Arrivée à Granada, je me dis : Wow! Véritable ville coloniale, j’ai vraiment hâte d’aller en découvrir plus sur l’histoire de cette capitale historique et très colorée!  Toutefois, en attendant cette grand visite, la roue habituelle de l’arrivée en ville commence… je dois trouver un endroit dans lequel dormir!  Je fais donc plusieurs auberges jeunesse, afin d’en trouver une à mon prix.  C’est une des grandes beautés de ce pays ; les auberges sont nombreuses et il y en a pour toutes les bourses et les niveaux de vie.

Après la cinquième, j’en trouve une avec une piscine intérieure à petit prix.  Youppi!  A ma grande surprise, je commence à entendre parler français, teinté d’un bel accent québécois, partout autour de moi!  Je découvre rapidement que le propriétaire de l’établissement est un québécois établi au Nicaragua depuis quelques années, cela convint rapidement mon groupe d’amis et moi, de nous déposer, ici!

Parle, parle, jase, jase, le parcours du gars est vraiment impressionnant.  Il raconte comment il a démarré son entreprise ici, avec les hauts, les bas et l’aventure de la chose.  Ce qui m’impressionne, c’est comment il a créé une vie heureuse et à sa mesure à l’autre bout du monde!  Rapidement, il mentionne un rodéo local, une activité tout-à-fait typique du Nicaragua, et tout  fait en dehors du circuit touristique!  Je ne suis pas vraiment une fan de ce type de sport, et je trouve le tout plutôt cruel.  Toutefois en voyage, je me dis toujours que pour l’expérience, il faut bien que je vive cette aventure au moins une fois, surtout si cette activité est typique de l’endroit ou je voyage!

Woah!  Sincèrement, le rodéo était fantastique!  Je ne parle pas du traitement des animaux bien-sûr, mais de pouvoir voir comment les Nicaraguayens vivent ce pan de leur culture.  Au menu, beaucoup des burritos tout-à-fait locaux et délicieux, des stands en tôle et en bois pour s’asseoir assez chambranlants, mais juste assez surélevés aux taureaux pour admirer les combats, et beaucoup de rhum et de bière pour la foule.  Les gens venus en famille étaient assez passionnés!  D’ailleurs, plusieurs pères faisaient boire leur fils de grande lampées d’alcool juste avant leur montée dans l’arène.  Ouf!  Cela avait l’ai de leur donner bien du courage avant l’entrée en scène.  Aie!  Cela a démarré autour de moi une grande discussion sur la parentalité!  Mais bon, autres pays, autres mœurs.  Je suis seulement heureuse d’apprendre à découvrir un autre univers.

Heureusement, personne n’a été blessé, et moi je suis repartie heureuse d’avoir pu assister à cette expérience authentique!

Le soir venu, devant mon typique Gallo Pinto, le plat le plus commun et définitivement le moins cher du Nicaragua, je repense à cette ambiance festive de rodéo.  Je mange dehors près de la place publique, et des musiciens avec leurs guitares entourent la table en attendant quelques sous.  Le rodéo nicaraguayen?  Typique, c’est un excellent moyen d’entrer en contact avec les gens locaux et d’en apprendre plus sur leur culture.  Sincèrement, pour quelques pesos, c’est à ne pas manquer!  Demain, je me remets à la visite de Granada!

Et vous, avez-vous déjà été au rodéo?  Comment s’est déroulé votre expérience?

Lonely Planet Nicaragua (Travel Guide)

Leave a Reply