8 – Pashupatinath et ses morts

Je n’ai jamais été à Varanasi en Inde, cet endroit sacré où les personnes pratiquant l’hindouisme brûlent leurs morts.  Lorsque j’ai voyagé au Népal, j’ai appris qu’il existait un endroit similaire et je me suis vraiment demandée si j’allais y mettre les pieds.  En effet, en Chine, j’avais alors choisi de ne pas assister aux enterrement célestes issus de la culture bouddhiste tibétain : 16 – Les enterrements du ciel et de la terre.

Ici, j’ai eu un sentiment différent, que c’était un peu plus ouvert aux étrangers, comme tous pouvaient aller librement jusqu’à ce lieu.  Je ne sais pas si j’ai eu raison d’y aller, mais j’ai été vraiment touchée d’observer une vision tout à fait différente de ce que je connais de la mort.

 

IMG_5752

D’abord, comme dans plusieurs lieux hindous, plusieurs vaches erraient dans l’espace, comme cet animal est sacré selon cette religion.  Plusieurs sadhus y étaient également ; ces hommes choisissant de dédier entièrement leur existence à leur religion et la méditation.  En faisant ce choix, ceux-ci doivent d’ailleurs sacrifier un élément qui, à leur yeux, est vital.  J’ai donc observé plusieurs hommes fixer intensément le soleil, afin de perdre la vue et un autre le bras en l’air, incapable de le redescendre ; l’articulation s’était fixée au fil du temps et l’usage de ce bras était donc maintenant impossible.

IMG_5750

L’architecture était de toute évidence magnifique, comme ce couloir rempli de statues symbolisant les organes sexuels féminins et masculins.  Et les cérémonies traditionnelles d’offrandes étaient une fois de plus au rendez-vous.

IMG_5748

Quelques minutes après mon arrivée se préparaient déjà le premier «enterrement».  Le corps avaient déjà été lavé avec du lait et était maintenant enveloppé et déposé sur le bûcher.  Suite aux offrandes, le feu s’embrase et le corps brûle.  Peu à peu la famille se retire pour ensuite laisser cours au brasier.  Les cendres sont ensuite remises à la rivière.

IMG_5745

Assister à cette cérémonie dont le fonctionnement est si différent de ce que j’ai connu permet vraiment de réfléchir au sens de la mort pour cette société.  Ici, l’objectif de la crémation est de libérer l’âme du corps qui se réincarnera éventuellement.  C’est beaucoup plus visuel que chez nous et presque plus symbolique, puisque tout à un sens, le drap jaune, la rivière.  La mort n’est que la fin d’un cycle et le début d’un autre.

IMG_5641

 

7 – Au milieu des temples

Swayambhunath, le temple des singes.  Un des endroits mythique de Katmandou, mais certainement pas le seul!  Cette ville respire les lieux mythiques.

IMG_5740

Entre singes et stupas, des femmes vendent quelques des offrandes ou des fleurs.  D’autres familles allument des chandelles et prient.  Et les singes sont partout.

IMG_5744

Un peu plus loin à Katmandou, entre les nombreux petits magazins, garages, stands, il est possible de se glisser dans des cours intérieures un peu cachées, un peu ouvertes dont le coeur est rempli de stupas, un élément important du Bouddhisme, puisqu’elles représentant en quelque sorte Bouddha.  C’est fascinant de voir ces bâtiments orangés aux galleries faîtes de bois, qu’on dirait prêtes à craquer à tout moment.

 

J’ai d’ailleurs eu la chance d’aller au Népal avant le tremblement terre ayant eu lieu en 2015.  J’ai donc pu observer le Durbar Square avant qu’il ne soit détuit lors de cet évènement.  Je garde donc précieusement ces images.

11

C’est absolument incroyable d’observer cet ancien palai royal.

IMG_5759IMG_5757

Et Katmandou a ce côté aussi tellement moderne.  Il y a tous ces temples, biensûr, mais Katmandou c’est une foule de petits restos, marchés, rickshaw, vélos.  Je suis prête à m’engouffrer une fois de plus à travers ces interminables ruelles.

 

 

6 – Thamel en taxi

J’embarque dans le taxi, je viens de mettre les pieds au Népal.  Je me rends rapidement compte que je ne peux pas vraiment faire confiance à l’homme qui conduit.  Voilà, il fait déjà noir et je suis avec un homme louche.  J’ai une vague idée de l’endroit où se trouve mon hôtel ; à Thamel, on dit que c’est plus grand quartier de backpackers au monde, j’ai vraiment voir à quoi ressemble un tel endroit.  Entre temps, je regarde autour de moi et cherche des signes pour m’orienter dans ce pays où je viens d’arriver.

IMG_5757

Logiquement, je devrais aller vers les lumières, Thamel est un grand grand quartier, extrêmement populaire auprès des touristes, ce n’est pas normal que j’aille vers…  cette ruelle sombre.  Je demande des explications au chauffeur, il me répond que oui, c’est par là.  Je n’y crois pas, il insiste.  J’insiste plus. Je lui monte la carte.  Il lève le ton, me dit que oui, mon auberge est par ici.  Je n’y crois pas un mot, la ruelle est beaucoup trop petite, trop noire.  Je lève vraiment le ton, lui dit de revenir en arrière presqu’en criant.  Dans les petites rues il va plutôt lentement, je le menace de sortir directement.  Bon, c’est fait, les deux, nous crions.  Devant ma hargne, il finit par rebrousser le chemin, et non, ce n’était pas au bout de cette ruelle noire.  Je sors du taxi rapidement et lui lance presque les billets.  Ouf.  Je suis vraiment ébranlée.

IMG_5744

J’arrive au milieu de Thamel, cet endroit mythique, on en parle comme le paradis des voyageurs.  C’est vrai, c’est bien, on peut y manger de la pizza et du spaguetti ; après un trek dans les Himalayas ce doit être très relaxant de retrouver un peu de chez nous à l’autre bout du monde.  Mais j’avoue qu’au milieu de toutes ces babioles pour touristes d’inspiration bouddhiste, je trouve le tout un peu trop éloigné de la culture locale.  Près d’un café où il y a même des machines à expresso, je vois quelques enfants en groupe courrir pieds nus, le nez dans un sac de plastique rempli d’un peu d’essence.

IMG_5755

Tout cela commence de manière un peu intense, mais je savoure quand même le moment, le Népal, c’est la fin d’une grande quête pour moi.  Lorsque je suis allé en Inde à 17 ans, j’ai découvert la culture tibétaine et je tenais vraiment à en voir toute les facettes.  Quelques années plus tard, j’ai été en Chine découvrir un second visage de ce peuple.

(Voir l’article ci-bas) Aux portes du Tibet

Me voici au Népal maintenant.  Je suis vraiment curieuse de voir l’autre visage de la population tibétaire en exil.  Je réalise vraiment un rêve, demain je vais aller visiter le temple Swayambhunath.

14