1 – Au bout du monde

Je suis arrivée au Bangladesh les yeux écarquillés.  J’arrivais directement de Montréal, les deux pieds encore pleins de neige du mois de décembre.

A l’aéroport, j’avais l’impression que j’avais déjà vécu plein d’aventures ; j’étais passée par le Qatar.  Dans l’aile de l’aéroport, où j’attendais mon prochain vol, les femmes portaient le tchador.  Avec mon visage à découvert, mes cheveux attachés par un gros élastique et mes souliers de marche, je détonnais pas mal!  Et je l’avoue, les vêtements de ces femmes m’impressionnaient beaucoup.  Toutefois, ce n’était qu’une impression : une fois rentrée dans la salle de bain, entre femmes, les tissus se sont envolés et c’était le retour à ce que je connaissais mieux : l’une se maquille, l’autre change la couche de son petit, et hop c’est reparti.

J’étais donc à Dhaka, la capitale du klaxon!  En 5 minutes, dans mon tuk-tuk, j’étais dans un traffic monstrueux!  C’est qu’entre les autobus décorés de mille couleurs, il y avait les vieilles autos, puis les motos, les ricks-shaws et enfin les taxi-bicyclettes… ah oui et les vendeurs ambulants et les piétons!

5

Dhaka, c’est une ville qui t’avale, carrément.  Le bruit y est littéralement assourdissant, et les rues ridiculement minuscules.  C’est d’ailleurs un jeu plutôt amusant d’essayer de ne pas se faire écraser les pieds ou de trouver le ciel, tellement il y a des échafaux, par dessus des échaufaux.

7

Bref, l’expérience était totale.  Accrochée à mon rick-shaw, le sourire fendu jusqu’au oreille, j’appréciais de nouveau l’odeur typique des grandes villes de ce coin du monde ; un doux mélange de friture, de feu et de gaz.  Et je n’étais pas au bout de mes surprises : le Bangladesh étant un pays où la religion est très importante, on a dû assurer au responsable de l’hôtel que j’étais bien mariée avec mon partenaire du temps pour avoir une chambre 😉 C’était le début d’une autre belle aventure!

 

 

 

 

Leave a Reply