13 – Parmi les yaks

 

Kanding, une ville magnifique au coeur des montagnes

Quand je suis arrivée à Kanding, j’ai eu le coeur géant.  Dans cette ville à majorité tibétaine, j’entrais exactement à l’endroit où j’avais rêvé aller en Chine.

Dans la magnifique ville de Kanding

Dans la magnifique ville de Kanding

Et quelle ville!  Entre temples et grands bâtiments, un grand torrent scindait la ville en deux!  J’avais beau ne pas avoir de chauffage à l’auberge où je séjournais et être glacée toute la nuit entre les murs de ciment humides, j’étais heureuse d’être là.  Le lendemain, ni une, ni deux, je montais la montagne située au centre de Kanding.  Je me revoie encore si heureuse au-dessus de tous dans les nuages touchant ce temple tibétain où se trouvait un bouddha géant!

Au sommet du sentier de randonnée au coeur de la ville, dans un sublime temple bouddhiste

Au sommet du sentier de randonnée au coeur de la ville, dans un sublime temple bouddhiste

Un bouddha géant de 4 étages!

Un bouddha géant de 4 étages!

arrivée à litang

Mais ce n’étais que le début!  Demain, je vais dans la steppe, à Litang.  J’ai fait des pieds et des mains pour arriver à cette ville dont je rêve depuis longtemps. En effet, en essayant de comprendre la femme qui parlait exclusivement mandarin à la billetterie, on m’a dit que la route que je souhaitais emprunter pour aller à ce trésor tibétain s’était effondrée sous la crue des eaux.  Il me faudrait quatre jours de transport pour aller jusque là-bas en faisant le contour de la route détruite!

Cahotique, le chemin pour se rendre à Litang?  Les chauffeurs chinois aiment à faire penser à leurs passagers qu’ils vont mourir à chaque tournant! Et hop on glisse un petit peu.. oh le précipice est vraiment beau!  Aie, Aie, Aie!  Avec beaucoup de chance, j’arriverais dans ce lieu carrément mythique… la steppe!

La steppe : un endroit unique et magnifique

Ici, aucun arbre à l’horizon, nul sentier où marcher.  Que des endroits à parcourir à l’infini, à pied où à cheval parmi les troupeaux de yacks.    C’est aussi à Litang que j’ai vu des populations de nomades vivre dans des tentes et faire des courses de chevaux ornés de rubans colorés.  Je me croyais dans un film honnêtement.

Des yaks dans la steppe

Des yaks dans la steppe

Des yaks dans la steppe

Chevaux près du camp de nomades

Et des temples tibétains comme je n’en ait jamais vu.  Des beautés architecturales.

Litang, c’est aussi l’endroit où j’ai cru que j’allais enfin manger du fromage!  Avec les élevages présents, je croyais que le gens fabriquaient eux-mêmes ce produit.  J’en rêvais, puisqu’en général les Chinois mangent très peu de produits laitiers.  Je suis donc allé au village m’en acheter et c’est avec grand enthousiasme que j’ai pris une croquée géante… de beurre ranci!  Beurk!  Et oui, pas de fromage ici mais bien du beurre de graisse de yacks… Miam!

Un magnifique temple traditionnel bouddhiste!

Un magnifique temple traditionnel bouddhiste!

Vue des montagnes à partir du temple

Vue des montagnes à partir du temple

Et un brin de modernité par ici et là.  Comme des moines à motos!

Un moine à moto!

Un moine à moto!

Aller, toute cette route m’a creusé l’appétit!  Je vais au marché, justement il y a une tête de yak fraîche!

Tête de yak sur une chaise au marché!

Tête de yak sur une chaise au marché!

Curieux d’entendre mon expérience de la steppe au Kyrgyzstan?  C’est par ici :

15 – Chez les nomades

Lonely Planet China 15th Ed.: 15th Edition

Leave a Reply