28 – Quand vomir fait réfléchir

On dit en Tanzanie, que Zanzibar, c’est LA place.  Tu veux te faire bronzer la marboulette, boire un délicieux mojito, rencontrer d’autres touristes sur le party : Zanzibar, est tout indiqué!  De mon côté, j’avais d’autres projets en tête, et peu moins d’argent à dépenser 🙂

Aller, je repars.  C’est le moment où je saute dans un matatu (bus local), les genoux pliés sur ma poitrine, le poulet me picorant les mollets, et c’est parti quelques heures de transport : je vais à l’Île de la Mafia (Mafia Island).

Très peu de gens de rendent à l’Île de la Mafia, ou s’il y vont, c’est en avion privé.  C’est que le chemin pour s’y rendre n’est pas de tout repos.  Arrivée au village où je dois prendre le bateau, je dois chercher un endroit où dormir, car il n’y a pas d’auberge.  Les gens sont bien étonnés de me voir arriver!  Heureusement, plusieurs personnes m’aident et une mission catholique accepte que je dorme dans leurs locaux.

IMGP0858

Le lendemain matin, c’est le grand départ et mon bateau m’attend. Les passagers s’entassent rapidement sur le plancher ; notre transport est définitivement plein!

Dès le départ, j’ai mal au coeur. Les vagues sont hautes et…Ouuuuuu, j’ai vraiment mal au coeur, ouuuuu, une chance que je suis assise sur le bord, ouuuu. En quelques minutes, le corps à moité par dessus bord, je vomis tout ce que j’ai.  Autour de moi, je n’entends que des rires!  Les gens rient de bon coeur…

-Mais qu’est-ce qu’une étrangère fait ici!  Elle devrait être dans l’avion comme les autres!  Elle a l’argent après tout! Elle n’est pas fait pour les bâteaux que les locaux prennent.

J’ai l’estomac en bouillie, mais je réfléchi en même temps.  A force de prendre des transports différents des gens locaux, les touristes passent pour des faibles ne pouvant tolérer les conditions de vie habituelles des gens d’ici. Comme il y a un réseau de transport entièrement parallèle à ce qui est déjà en place, et beaucoup plus dispendieux, cela donne sans aucun doute l’image que les étrangers sont très riches.  Loin de moi l’idée de revendiquer que tous devrait prendre un bateau comme je l’ai fait pour aller à l’Île de Mafia!  Pourtant, cela me fait penser à la manière dont le tourisme se déroule, ici en Afrique de l’Est, et comment les populations locales perçoivent cette activité.  Il y a très peu de voyageurs sac-à-dos et beaucoup de tours opérateurs de luxe.  Des milliers de dollars sont dépensés à la semaine dans le cadre de type de tourisme, toutefois les populations locales ne pas impliquées dans ces activités, et regardent de loin et avec envies les sommes dépensées..

IMGP0861

Trève de bavardage, après quelques heures sur l’Océan Indien, je suis arrivée sur l’Île de la Mafia!  Quel voyage et le débarquement s’annonce.. bien drôle!  J’embarque sur un plus petit bateau pour rejoindre la plage.  Des hommes me proposent de me transporter sur leurs épaules pour que je ne mouille pas mes vêtements, moi l’étrangère.  Je ris et le sac-à-dos au bout de mes bras, je saute dans l’eau.  Voilà, je suis aussi trempée qu’eux!

Les deux pieds sur la terre ferme, je regarde le large, et ce gigantesque pont.  Probablement construit pour un grand projet de développement économique, les gens locaux ne peuvent pas l’utiliser, car leurs bateaux sont trop petits pour ce pont leur soit utile.

IMGP0871

L’île de la Mafia est un vrai bijoux sur la terre.  Des plages immaculées, des palmiers gigantesques, et des résidents extrêmement sympathiques et avenants.

Aujourd’hui, je me suis fait croqué les mollets par des poulets, j’ai vomi dans l’océan indien et je ne boirai pas de mojito…  mais les deux pieds dans le sable brûlant, j’aurai compris des choses.

Et vous qu’auriez-vous choisi, Zanzibar ou l’Île de la Mafia?

IMGP0863

27 – Poisson géant et poulet Tandoori

J’adore les marchés de fruits et de légumes, mais les marchés de viande et de poissons ont un côté brut et graphique qui rend leur traversée complètement incroyable.

À commencer par l’odeur.  🙂

IMGP0848

A Dar Es Salam, le marché au poisson est immense et rempli de milles et une variété de poissons colorés, grands ou petits.  Ils semblent nous regarder droit dans les yeux!

IMGP0841

Ici, magasiner est un jeu et marchander est de mise!  Les marchands étendent la récolte des pêcheurs sur une grande table et c’est au plus fort la poche!  On parle fort, on rit, on jase…  Près des plateformes gluantes, des balances et des bateaux accostés, on crée des liens au marché de poisson.  C’est le poisson le plus qu’on peut trouver.

Acheter directement au marché est l’idéal, la même prise au restaurant coûtera 3 ou 4 fois le prix!

IMGP0844

Un peu de poulpe?  C’est la spécialité ici.  Dans de gigantesque woks, les Tanzaniens, le font bouillir à grand feu, puis y ajoute une sauce carrément intensément piquante.  C’est un vrai spectacle de voir la préparation de ce mets qui traverse la ville.  Une fois cuit des vendeurs sillonnent les rues pour offrir le poulpe à tous!  Plus le poulpe est acheté proche du marché, plus il est encore chaud!

IMGP0854

Bref, l’expérience d’aller se «dealer» un poisson fait définitivement partie des incontournables de Dar Es Salem, une ville incroyablement intéressante, pour la variété des traditions culinaires qui y sont présentes.  Quoi de mieux après un bon poison grillé, qu’un poulet Tandoori servi dans la rue!  Dar Es Salam compte une importante communauté indienne et ce soir, j’apprécie d’avoir pu goûter à deux cultures dans la même ville!  Mon ventre est plein et rond!

IMGP0856

Et vous, avez-vous déjà été marchander un poisson au marché?  Quelle a été votre expérience?

 

 

26 – Le titanic tanzanien

Après la grande aventure en canot, je peux maintenant relaxer sur le bord de l’eau, les deux pieds sur la terre ferme.  Je mange du poisson grillé en regardant les pêcheurs locaux faire sécher leur récolte du jour.  D’ailleurs, la façon dont le poisson est séché ici est vraiment intéressante!  Ah, l’arrivée en Tanzanie se passe plutôt bien!

IMGP0716

 

 

IMGP0730

Le sable est blanc et fin, la plage est à quelques pas.  Bukoba est franchement un bel endroit.  Une ville assez calme en comparaison à ce que j’ai vu ailleurs en Ouganda.

IMGP0718

La plage de Bukoba

Je m’apprête à traverser, cette nuit, le lac Victoria avec le ferry se rendant à Mwanza. Un excellent moyen de se sauver de la route et d’une journée complète de transport, puisque le trajet se fait de nuit!  Arrivée sur le quai, je constate que le bâteau transporte une charge impressionnante de bananes!

IMGP0762

Ce bâteau ressemble en tout point au Titanic, en plus petit format bien sûr! C’est bien beau tout cela, j’ai une cabine très jolie, mais cela veut également dire que les passagers en 3e classe sont confinés au sous-sol et qu’ils ne peuvent partager l’espace réservé aux gens de 1er classe…. Ouf! Quelle inégalité!  Je me sens vraiment comme dans le film Titanic, et je n’aime pas ça…  Je n’ai aperçu pas de fenêtres dans cet espace, et il n’y a pas de lits.  J’ai bien l’impression que ces gens vont passer une très mauvaise nuit. Franchement, je me sens mal de vivre dans ce confort!

IMGP0757

Malgré ce malaise, la nuit se passe très bien (pour moi) et je me réveille à la vue des bateaux de pêche traditionnels du coin.  Comme dans les films, leurs larges voiles triangulaires filent au vent!

IMGP0780

C’est une vue imprenable sur le lac Victoria.  C’est parti, j’amorce maintenant la traversée de la Tanzanie!

Et vous, avez-vous déjà pris un ferry pour traverser une longue distance en voyage?  Dans quelle région?

 

25 – Le jour où j’ai failli me faire électrocuter

Quand j’étais dans les scouts, j’ai appris à faire du canot.  J’ai exploré quelques rivières québécoises, mais jamais je n’aurais penser aller en faire jusqu’en Ouganda.

Alors, je me suis retrouvée au Lac Bunyonyi., dans un canot creusé à même un gigantesque tronc d’arbre, avec mon sac-à-dos et ma pagaie en forme de pic. Direction : mon auberge.  Situé à quelques kilomètres de voyagement, mon hébergement était littéralement sur une île!  Le paradis, quoi!  Toutefois,  mettons que c’était plus difficile à diriger qu’un canot en fibre de verre!  

J’ai canoté au milieu d’un archipel d’îles magnifiques… et je me suis même fait dépasser par le bus scolaire… ou plutôt le bateau scolaire transportant les enfants jusqu’à l’île où l’école est située.  Je n’en croyais pas mes yeux!  Autre contexte, autre moyen de transport, j’imagine!

 

Cet environnement est complètement fascinant.  Les îles sont cultivées sur le modèle de la culture en terrasse, c’est-à-dire à l’aide de larges bandes de terre plates, découpées à même les montagnes formées par les îles.  Dans l’eau calme de ce gigantesque lac se reflétait les couleurs verdoyantes de la végétation.  Je rame ma vie, je vis ma vie!  Quel moment épique! 

***

Le lendemain, je décide de repartir en canot.  Je ne vais pas très vite, cette imposante embarcation est, somme toute, assez difficile à diriger.  Tout allait bien jusqu’à ce que…

–  Aie!  Aie!  Aie!  Il pleut des grêlons!

Qui aurait cru que je vivrai ça, ici! C’est la plus grosse tempête de grêlons de ma vie!  Ils sont gros comme de billes!

Je canotais tranquillement au beau milieu du lac quand le ciel s’est brusquement assombri.  Ni une, ni deux, je tourne de bord : il va y avoir une tempête!  Mais le vent se met de la partie et rend l’eau du lac très instable.  La tempête est maintenant là : pas question de rester sur le lac : il faut se rendre à l’île la plus proche!

Je pagaie, je pagaie, mais avec ce foutu gros canot, je n’avance pas très vite.  Je tourne en rond. Et, tout à coup, une pluie diluvienne commence.  Le canot se remplit à vue d’oeil.  Mais ce n’est pas tout, de larges éclairs tombent tout autour de moi!  Au milieu du lac, j’ai l’impression d’être un véritable para-tonnerre.  Heureusement, j’arrive finalement à une île!

-Andy!! Dépêche-toi!  Dépêche-toi!  Sors du canot!

Je met les pieds dans la vase, je suis trempée.  Avec le vent, la grêle et l’eau j’ai des cheveux partout dans la face!  Je tire l’immense canot vers moi, pour ne pas qu’il retourne dans le lac, et pendant que je me met à l’abri.. et je m’enfonce dans la vase.  

-Andy!! Dépêche-toi!  Dépêche-toi!

Je fais ce que je peux.  Déjà sortie de la vase, mes pieds s’enfoncent dans la terre argileuse du champs dans lequel je suis arrivée.  Je ne vois pas devant moi, tellement il pleut, tellement il grêle.  

-Andy!! Dépêche-toi!  Dépêche-toi!

Mon compagnon me tire fort, mais je suis prise dans la bouette.  Il grêle affreusement.  Au milieu de ce champs, c’est maintenant vrai : je peux me faire frapper par la foudre à tout moment, comme je représente l’objet le plus élevé.  

Je cours pour me mettre à l’abri.  Au loin, je vois une minuscule cabane de tôle.  

– Andy!  Attention!  Le trou!  Le trou!  

Mon abri, mesurant deux pieds par deux pieds est en fait…  une toilette!

Je regarde dehors, la boue dégouline de mon visage.  J’ai mal au visage à cause des grêlons. Autour de moi, les palmiers plient sous la force du vent.  Ouf, je souris en respirant l’odeur de notre abri… une bonne odeur d’excréments.  

***

Le lendemain, je reprends le canot.  Il est temps de quitter le lac Bunyonyi et ses tempêtes surprises.  Retournée à notre point départ, je reprends la moto.  Nous sommes trois : le conducteur, moi et mon compagnon, en arrière.  Il y a un sac-à-dos sur le guidon et un sac-à-dos sur le dos de la dernière personne.  On est lourds et on glisse dans le sol argileux.  

Au début du voyage, je trouvais ça complètement fou de faire de la moto à trois avec les sacs-à-dos en avant et en arrière.  Après quelques semaines de voyage, je souris.  Ici, c’est comme cela que ça marche.  Et, puis qu’est-ce qui pourrait bien arriver, hier j’ai failli me faire électrocuter!  Ah!  Ah!

Et vous, quelle a été votre plus belle randonnée en canot?

 

 

24 – Kampala, la bouillante

Kampala est une ville bouillante, fumante.  Partout, on entend ronronner les moteurs des ”boda boda” (motocyclettes) roulant à pleine vitesse dans les rues bondées de passants pressés de se rendre ailleurs.  Bienvenue dans les plazas, les escaliers aux marches infinies et colorées, où on peut trouver tout ce dont on peut avoir envie : balais, pantalons, bouilloires, petites culottes et fer à repasser, tout y est mon ami! Au cœur du brouhaha des moteurs et des magasins, souvent, une femme ou un homme crie au coin de la rue des paroles religieuses :

-Crois en Dieu, mon frère, l’apocalypse est proche!

Mes sens surchauffent.  Je dois à la fois regarder si je mets les pieds dans un trou menant à un égoût hideux ou si une motocyclette me passera sur le corps, tout en trouvant mon chemin dans cette ville qui me semble être un labyrinthe impénétrable.  Dans certaines rues, j’ai l’impression que la ville m’absorbe dans un flot infini de couleurs, de sons et de marchandises.  Bref, on est loin de Kabong!

Kampala compte un marché gigantesque, gros comme un quartier entier où les stands en bois faits à la main s’étendent et s’étendent encore.  Des dizaines petites ruelles se succèdent à l’infini.  Neuf, usagé, tu y trouveras ce que tu veux, au prix que tu seras prêt à payer.  La négociation est serrée!

Quelques pas plus tard, une fois avoir dépassé les piles de vêtements, de légumes et de morceaux de viande, il y a une section réservée à la nourriture préparée, on m’interpelle :

-Hey sister!  Veux-tu un chapati, un rolex (chapati et omelette, tout en un : c’est délicieux!), une brochettes de foie?  J’ai de l’intestin aussi, si tu en veux!

Pouah!  Quelle chaleur, je sors enfin de ce marché tentaculaire et je n’ai aucune idée d’où je suis.  Voilà bien 15 minutes que je marche dans cet endroit sans y trouver aucune issue.  Je suis de retour parmi les «matatous» (minibus) qui me klaxonnent et m’invite à aller dans les villes environnantes.  Les chauffeurs sont toujours avides de clients!

Je pars vers la rue des appareils électroniques.  Les magasins de technologie y sont souvent tenus par des Indiens, alors que les magasins de revente en gros de vêtements sont tenus par des Chinois, rien n’est vraiment tenu pas des locaux.  Ça tombe quand même bien, j’avais justement envie de manger autre chose que de l’Ugali (pain fait en Afrique de l’Est avec de la farine de maïs) et du poulet bicyclette (poulet très maigre, circulant dans les rues toute la journée), ce que je mange maintenant depuis plusieurs mois.

Oh!  La nourriture indienne est tellement délicieuse!  Kampala comporte mille restaurants tous plus variés les uns que les autres.  Le poulet frit, les samosas, et les sautés indiens sont partout.  Je me régale!

J’ai beaucoup à faire ici.  Dans ce tourbillon, je dois trouver le bureau de poste, m’acheter de nouveaux livres de lecture et surtout, des jeans!  Mes pantalons de voyage sont tout tâchés et surtout trop grands!  À force de toujours manger du riz, j’ai fini par en manger moins.  🙂

Alors je continue ma route, et mes yeux s’agrandissent lorsque je lis le titre des grands journaux.  Le gouvernement vient de se positionner au sujet de l’homosexualité.  Toute personne ne dénonçant pas une personne homosexuelle est également passible de prison!  Ouf, mon coeur a mal….  La question est sur toute les lèvres et j’évite de donner mon opinions ; je ne veux pas me retrouver une situation indésirable…

Je vais un peu plus loin et la route est soudainement bloquée pour laisser passer un convoi militaire avec des hommes portant tous les AK-47.  Au début de mon voyage, cela m’aurait choqué, mais la plupart des banques et des supermarchés sont gardés par des hommes armés, alors j’y suis maintenant habituée.. à ces grandes armes…

Ah Kampala!  Après plus d’un mois sans avoir visité une grande ville, je savoure la disponibilité de tout et la savoureuse nourriture dans une cacophonie envoutante.  Kampala est bien la capitale de l’Ouganda!  C’est une experience innoubliable!

Et vous, quelles autres grandes métropoles avez-vous aimé visité?

 

 

 

23 – Le chemin, aussi important que la destination

J’arrive enfin au Parc national de la vallée Kidepo.  Je n’arrive pas à y croire.  Que de chemin j’ai fait pour me rendre jusqu’ici.  

Ouf!  C’est incroyable, une famille de phacochères broute près de l’endroit où je dors!

IMGP0406

Bienvenue dans un nouveau royaume, celui des zèbres, des buffles, des antilopes et des phacochères.  À moi, la savane!  Aujourd’hui, je fais la traque aux excréments, meilleurs moyens de repérer les animaux!  Attention aux fourmilières!

 

Au fur et à mesure que je traverse ces terres, je vois avec mes propres yeux, des animaux que je n’avais jamais vus de ma vie.

IMGP0439

Ils nous regardent, fiers.

IMGP0452

Au moment où j’admire cette faune, je réalise tellement de choses.  Autant, je me sens extrêmement chanceuse de m’être rendu dans ce parc national, autant je me sens aussi privilégiée d’avoir parcouru le chemin pour m’y rendre.

IMGP0453

Je repense aux longs trajets d’autobus et de moto, à la découverte des Karamojongs, à la chèvre que j’ai mangé, à mon arrivée, il y a déjà plusieurs semaines en Éthiopie.  La vue de ces animaux n’aurait aucune saveur, sans tous les efforts que j’ai mis pour me rendre dans cet endroit reculé de l’Ouganda.

IMGP0410

Je pense qu’à la vue de ces zèbres, j’apprend une belle leçon de vie :

Le trajet est aussi important que la destination.  Ce n’est pas la vue de ces zèbres qui m’a fait grandir, mais bien le chemin que j’ai parcouru pour y arriver.

IMGP0457

Je me dis qu’il faut profiter de chaque petits moments, difficiles ou faciles, sur notre parcours.  Si j’avais été centré seulement sur l’atteinte de ce parc national, je pense que je n’aurai pas autant apprécié l’unique et magique ville de Kabong, puisque cet endroit n’aurait été qu’un point sur mon chemin, en attendant d’arriver à l’objectif.  Savourer chaque moment est plus important que tout.

Bref, le chemin est aussi important que la destination. 🙂

Et vous quelles leçons avez-vous tirées de vos derniers voyages?

 

 

22 – Faire de la moto au royaume des Karamojons

Le lendemain, je me lève tôt.  Objectif de la journée : trouver une moto.  Un petit défi compte tenu que du fait que tout le village sait qu’il y a une étrangère ici, et qu’elle n’a pas de transport pour poursuivre son chemin plus au nord de l’Ouganda, vers la frontière avec le Sud-Soudan.  Tout le monde est au courant!

IMGP0399

Les négociations commencent avec un homme près de l’hôtel, qui en connait un autre, puis un autre…  En cinq minutes, une grande foule d’hommes forment un cercle autour de moi, et oui, ils sont tous prêts à m’aider!  Je me demandais comment je vais faire, pour faire tenir mon sac-à-dos et celui de mon compagnon sur la moto :

-Pas de problème ma soeur, j’ai de la corde faite en vieux pneu!  me répondit un des hommes.

IMGP0400

Ah!  Ah!  Ici, la créativité des gens est infinie, avec les moyens du bord, on se débrouille toujours!  Je suis toujours fascinée de voir comment l’on peu réaliser tellement de choses avec peu!

La fébrilité monte autour de moi, il y a au moins une trentaine de personnes. Tout le monde veux voir les étrangers (Muzungu!) conduirent la moto!

IMGP0388

Et je décolle… Et, c’est là, maintenant, un des plus beaux moments de ma vie!  Je n’arrive pas à y croire, je fais de la moto en Ouganda dans une région où presqu’aucun touriste ne s’est jamais rendu.  Mes cheveux sifflent dans le vent chaud de cette terre extrêmement aride.  Ici, il n’y a pas d’auto, ni de vélo, que des femmes à pieds transportant des branches gigantesques (vraiment!) avec un bébé dans le dos et des hommes transportant de lourdes poches de charbon.  Dans cet environnement irréel, j’ai le souffle coupé.  Je suis vraiment ici?  Près de ces montagnes escarpées, de ces dunes orangées et de ces villages avec des huttes?

IMGP0392

Plusieurs Ougandais m’avais dit de ne pas venir ici.  On m’avait raconté que le royaume des Karamojongs est dangereux.

-Ces gens te tueront et brûleront ton auto, seulement pour se faire des souliers avec les pneus!

IMGP0390

Au final, les Karamojongs sont littéralement magnifiques.  Ils ont les jambes aussi longues et effilées que leurs indispensables bâtons de marche, qu’ils gardent systématiquement avec eux pour diriger leurs bêtes. Habillés de leurs larges pagnes carottés, ils nous envoient la main.  Les hommes portent des chapeaux de style «Peter Pan».  Je soupire, c’est incroyable d’avoir la chance d’être ici.

L’air sec me brûle la peau, mais je m’en fou.  Je fais de la moto avec mon sac-à-dos accroché avec de la corde de vieux pneu et je traverse le nord de l’Ouganda.  C’est fou!

IMGP0402

C’est littéralement fan-tas-ti-que.

Et vous, avez-vous déjà eu ce sentiment d’être tellement chanceux en voyage?  De faire l’expérience de moments tellement uniques?

 

 

21 – La chèvre, le baril et l’os

J’arrive au resto.  Une femme me tend le menu. Je commande de la chèvre.  

Je ne comprends pas trop pourquoi, mais la femme me dit que ça va être long en faisant une grimace.  

Quelques minutes plus tard, j’entends les cris.  Je comprends maintenant. La femme tue la chèvre, la vide, la découpe, la fait frire, coupe les patates, les fait frire également. Quand je mange la chèvre un peu plus tard, 2h30 ont passé.

IMGP0373

Et là, je ris.  Il y a des choses qu’on ne comprend qu’en l’expérimentant.  Le menu ne sert à rien, ici.  En fait, l’accès aux aliments dépend de bien des facteurs, dont le menu ne fait pas partie…   bien sûr.   Comme la viande provient d’animaux tués sur place et que le restaurateur n’est jamais certain du nombre de client qui se présenteront, un animal est tué à fois pour rentabiliser la viande.  Avec le recul, j’aurais pu mieux observer le langage non-verbal de la dame, et comprendre qu’elle ne voulait pas me dire non pour la chèvre, car c’est très impoli dire non, mais que durant toute la matinée, elle avait préparé plusieurs plats de poulets.  Je ris, parce que c’est l’expérience qui rentre, demain je mangerai du poulet ou du moins le plat que la femme vraiment prévu servir à ses clients 😉   


Après mon dîner-souper, j’explorer la rue principale.  Un peu de béton, des petits kiosques qui vendent des crédits pour téléphoner, du riz, de l’huile.  

IMGP0372

Un peu derrière la rue principale les gens s’amassaient au milieu de quelques petites maisons.  Je me demande vraiment ce que tout le village faisait là, autour d’un gros baril.  Jusqu’à ce qu’on voit des gens se passer une louche dans une ambiance bien, bien joyeuse!  À coup de grosses lampées, les hommes, comme les femmes s’abreuvaient d’un gros tonneau rempli d’alcool maison.  Alcool à base de quoi, j’en ai aucune idée, mais ça avait l’air bien fort!

IMGP0399

Des années plus tard, j’ai appris que l’alcool fait maison est très répandu en Ouganda et que malheureusement cela fait des ravages.  Je trouvais fou en regardant le documentaire sur le sujet, de finalement comprendre ce que j’avais vu ce soir-là en Ouganda.

Puis, endant que je parle avec un homme pour savoir comment changer ma carte SIM de cellulaire du Kenya pour celle de l’Ouganda, mon compagnon regarde droit dans les yeux.

–  J’ai vu l’os.

–  L’os de quoi?

–  L’os de jambe du petit gars.

–  Oh!

–  C’était une plaie infectée qui est allée trop loin.

–  Merde!

–  Ayoye, on continue à se promener?

–  Ok.  Allons-y.  

IMGP0394

C’est ça le voyage, tu as des petits chocs, constamment,  tout le temps, des petits moments qui ébranlent tes convictions.  En un regard, tu réalises des choses, lorsque tu ne t’y attendais pas.  Le savoir est partout, et c’est parfois choquant.  Je continue mon chemin, mais dans les faits, j’y pense pendant des heures, c’est trop triste de penser que cet enfant-là va surement perdre sa jambe, parce qu’aussi loin que ça dans le Nord de l’Ouganda, il y a vraiment peu de ressources médicales…

Et vous, avez-vous des chocs de la sorte en voyage?  Des événements qui ont changé votre vision des choses?